Québec nomme un vérificateur temporaire pour Saguenay

Le maire Jean Tremblay a fait appel au... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le maire Jean Tremblay a fait appel au sous-ministre des Affaires municipales, Marc Croteau, afin que le ministère se prononce sur la nomination du vérificateur général à Saguenay, mais en attendant sa réponse, un vérificateur nommé par le ministère occupera temporairement la fonction.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire a mandaté un vérificateur général temporaire à Saguenay, à la demande du maire Jean Tremblay. Les conseillers municipaux n'auront donc pas à se prononcer, lundi midi.

Le conseil municipal de Saguenay devait se pencher sur l'embauche du nouveau vérificateur général de la Ville, lors de la séance du conseil de lundi. La recommandation du comité exécutif de nommer Alain Girard à ce poste ne faisait toutefois pas l'unanimité et le sujet a fait couler beaucoup d'encre, au cours des derniers jours. Pour qu'Alain Girard soit embauché, les deux tiers de l'assemblée devaient voter en faveur. Au cours du week-end, celui qui sera candidat à Jonquière en 2017, Me Charles Cantin, de même que le Collectif citoyen pour la démocratie à Saguenay, demandaient notamment aux élus de voter contre.

Alors que cette résolution devait faire l'objet d'un vote lundi, lors de la séance du conseil municipal, voilà que le maire Jean Tremblay a mis un terme à la protestation. Du moins pour le moment.

«Je voyais ça aller et je ne voulais pas que la séance du conseil devienne un show. Nous avons aussi le budget et c'est ça qui est le plus important, selon moi. Je veux une séance sérieuse qui sera dédiée au budget», a affirmé Jean Tremblay, lors d'une entrevue accordée au Quotidien, dimanche.

Le maire a donc fait appel au sous-ministre des Affaires municipales, Marc Croteau. «Je voulais que le ministère donne son opinion sur l'embauche d'Alain Girard. Nous avons un avis légal, mais avec une opinion du ministère, ce sera encore mieux. Mais le ministère ne pouvait pas nous donner un avis immédiatement. J'ai alors demandé qu'un vérificateur général temporaire soit nommé, en attendant l'opinion du ministère. Ma demande a été accordée et je vais présenter la lettre demain (lundi)», a indiqué Jean Tremblay.

Le nom de ce vérificateur temporaire sera divulgué lors de la séance du conseil. Cette personne a été nommée à la toute dernière minute par le ministère et ne serait pas connue dans la région.

«J'ai reçu la lettre dimanche. J'espère que l'opinion du ministère sur Alain Girard arrivera en janvier. D'ici là, on va pouvoir se concentrer sur le budget», a ajouté M. Tremblay.

De vives critiques

La nomination d'Alain Girard a été vivement critiquée. Ce dernier a été nommé il y a six mois sur une base intérimaire, à la suite du départ de Rina Zampiri. Son mandat devait prendre fin le 3 décembre, mais le comité exécutif a proposé son embauche à temps complet. Alain Girard avait déjà assumé ce rôle de 2002 à 2009, avant d'être engagé par Gatineau.

La conseillère Julie Dufour avait rapidement demandé que le prochain vérificateur général fasse l'objet d'un processus d'embauche ouvert et transparent. La chef de l'opposition, Josée Néron, avait ensuite joint sa voix à celle de Julie Dufour.

L'article 107 de la Loi des cités et villes stipule également que le contrat d'un vérificateur général ne peut être renouvelé.

Malgré tout, le maire Tremblay n'a pas voulu revenir sur sa décision, mais attendra l'avis du ministère des Affaires municipales.

«Pour répondre à la critique, j'ajouterais que je ne le nomme pas pour moi. Le vérificateur général sera en poste pour les sept prochaines années et moi, c'est ma dernière», a affirmé Jean Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer