Beaucoup de pannes et du renfort demandé

accident route 169 st-bruno... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

accident route 169 st-bruno

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même si elle était annoncée, la tempête qui a frappé le Saguenay-Lac-Saint-Jean jeudi matin a donné du fil à retordre aux équipes d'Hydro-Québec.

(Avec les informations de Louis Potvin et Isabelle Tremblay)

La combinaison des forts vents et de la neige très lourde a non seulement causé de nombreuses pannes sur l'ensemble du territoire, mais elle a aussi compliqué l'intervention des équipes de la société d'État en rendant les conditions routières difficiles. Dans certains cas, les équipes ont été confrontées à des sections de routes fermées en raison de la visibilité nulle ou d'accidents. 

Porte-parole d'Hydro-Québec dans la région, Hélène Saint-Gelais a indiqué, en fin d'après-midi, que la vingtaine d'équipes à pied d'oeuvre avait eu une longue journée. Et d'après les prévisions, elles en avaient non seulement pour la soirée, mais aussi pour une partie de la nuit.

La tempête a d'abord fait des siennes dans le secteur de Dolbeau-Mistassini/Normandin vers 7 h jeudi. Puis elle s'est déplacée vers le Saguenay pour ensuite frapper le Bas-Saguenay en fin d'avant-midi. « La tempête a fait rage d'un bout à l'autre de la région. (...) On a travaillé en continu depuis le matin », résume Mme Saint-Gelais en expliquant que pendant que les équipes s'affairaient au Lac, la tempête provoquait d'autres pannes en poursuivant sa route vers le Saguenay.

« En milieu d'avant-midi, on avait un peu plus de 10 000 clients en panne. (...) On a eu une vingtaine d'équipes à pied d'oeuvre et on s'attendait à avoir du renfort de Charlevoix et de la Côte-Nord durant la soirée.

« Essentiellement, ce sont les secteurs du Lac-Saint-Jean et du Bas-Saguenay qui ont été touchés. La neige, très lourde et chargée d'eau, a alourdi les branches d'arbres, qui sont tombées sur les fils qui sont tombés à leur tour. Parfois, les poteaux ont cassé. »

Sur le site hydroquebec.com, une vérification à Info-Pannes faisait état, à 20 h jeudi soir, de 33 pannes affectant 3530 clients au Saguenay-Lac-Saint-Jean, notamment dans le secteur Shipshaw à Saguenay, et un peu partout autour du lac. Le secteur le plus touché était celui de Vauvert, avec 480 clients privés d'électricité. Dans leur cas, le délai de rétablissement était prévu vers avant la fin de soirée. Dans certains secteurs, comme la Pointe Wilson à Alma (une trentaine de clients) et Saint-Ludger-de-Milot (29), le retour de l'électricité n'était pas prévu avant minuit.

Sur les routes

À Saguenay, il faut croire que plusieurs automobilistes ont tiré des leçons de la tempête de mardi, puisque la Sécurité publique a fait état de 16 accidents (accrochages et sorties de route) un peu partout sur l'ensemble de son territoire, entre 6 h et 16 h. De son côté, les agents de la Sûreté du Québec ont été fort occupés en matinée, les conditions routières passant de « sport extrême » pour les usagers de la route en matinée à des conditions hivernales plus normales en après-midi.

Plusieurs routes du triangle entre Saint-Bruno, Saint-Gédéon et Hébertville ont été fermées à la circulation durant une partie de la journée, tandis que la route 381 entre Saint-Urbain et Ferland-et-Boilleau et la 172, entre Sacré-Coeur et Tadoussac, ont été fermées au transport lourd. La Sûreté du Québec a répertorié au moins une quinzaine d'accidents sur l'ensemble du territoire régional, mais heureusement, sans blessé grave à déplorer. Une dame, aux prises avec des contractions, n'était pas en mesure de se rendre à l'hôpital et a eu besoin des services des paramédicaux.

Les écoles de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets tout comme le Séminaire Marie-Reine-du-Clergé de Métabetchouan et le Collège d'Alma (panne d'électricité dans ce dernier cas) ont été fermés. Par contre, la CS Lac-Saint-Jean a maintenu ses écoles ouvertes. Le Centre jeunesse Lachenaie de Roberval a dû composer avec une longue panne électrique.

Les vagues grugent du terrain

Des résidants de la Pointe de Saint-Méthode ont vu disparaître deux pieds de leur terrain à cause des imposantes vagues présentes le lac Saint-Jean, jeudi.

Un couple dans la soixantaine regardait par les grandes vitrines qui donnent sur le Piekuagami le ravage causé par les vagues qui ont grugé du terrain.

« Vous voyez ici, il y avait encore du terrain jusqu'au monticule de pierres. Il y a au moins deux pieds de partis. L'eau passe entre les deux », a montré l'homme qui préférait ne pas se nommer. Comme le couple est locataire du terrain apparentant à Rio Tinto, il ne voulait pas s'identifier.

Au bout du terrain se trouve un épi de pierre. Le terrain et la pelouse se rendaient jusqu'aux roches. En quelques heures, une crevasse s'est creusée et l'eau érodait le sable.

Les vents d'est de 50 km/h se fracassaient sur les épis aménagés par Rio Tinto. Malgré leur présence, les vagues se faisaient un chemin jusqu'au terrain. Les vagues devaient avoir entre quatre et cinq pieds, selon l'estimation du citoyen.

« Ça fait 10 ans que nous habitons ici et ça fait au moins 15 pieds de terrain que l'on perd. On avise Rio Tinto, ils nous ont promis des choses comme un autre épi, mais rien n'a été fait », affirme la femme. De l'intérieur de la maison, il était impressionnant de voir le lac se déchaîner. 

Le secteur du chemin Villeneuve était durement touché. Les vagues s'échouaient avec fracas sur cette pointe. Tout dépendant de la configuration des terrains, des résidants étaient épargnés, d'autres plus touchés. Les propriétaires voisins du couple que Le Quotidien a rencontré vont également constater des dommages. Heureusement qu'il n'y a pas épais d'eau dans ce secteur, car les dommages seraient encore plus importants.

Les vents soufflaient tellement fort que d'importantes vagues remontaient à contre-courant la rivière Ashuapmushuan.

Mashteuiatsh

À Mashteuiatsh, les vagues frappaient sur les remparts situés en face des bureaux du conseil de bande et de l'eau se retrouvait sur la rue. Une vidéo mise en ligne sur Facebook par le chef Gibert Dominique montrait l'ampleur du lac déchaîné.

Aucun appel chez Rio Tinto

Chez Rio Tinto, la porte-parole a indiqué qu'aucun appel n'avait été reçu pour rapporter des dommages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer