Vérificateur général: plus de rigueur exigée

Julie Dufour et l'avocat Marc-Antoine Cloutier ont tenu... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Julie Dufour et l'avocat Marc-Antoine Cloutier ont tenu une rencontre de presse relativement au dossier du renouvellement du mandat du vérificateur général de Saguenay.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

À quelques jours de la fin du mandat intérimaire du vérificateur général de Saguenay, Alain Girard, la conseillère du district 8, Julie Dufour, exige du conseil municipal qu'il fasse preuve de plus de rigueur dans la nomination de son successeur.

Lors d'un point de presse, accompagnée de Me Marc-Antoine Cloutier, Mme Dufour a rappelé que le mandat de M. Girard se termine le 3 décembre et qu'aucun processus d'embauche n'a été mis en place pour lui trouver un successeur. «Ça fait plus d'un an que le dossier perdure. En juin, il y a eu nomination par intérim. En juillet, il y a eu une délégation au comité exécutif pour la sélection d'une nouvelle candidature. Depuis juin, je pose des questions pour avoir une reddition de compte dans ce dossier et le maire nous dit de lui faire confiance», résume Mme Dufour.

À la suite de la lettre de Rina Zampieri rédigée à l'intention de ses collègues vérificateurs des autres villes, le 23 septembre dernier, et des rumeurs voulant qu'Alain Girard soit reconduit dans ses fonctions, Mme Dufour s'interroge sur les aspects légaux si sa prédiction se concrétisait.

Selon l'article 107 de la Loi sur les cités et villes, les villes de 100 000 habitants doivent nommer un vérificateur général au deux tiers des voix du conseil municipal pour un mandat d'une durée de sept ans. Selon Mme Dufour, M. Girard aura déjà assumé un mandat intérimaire de six mois et en étant mandaté pour sept ans supplémentaires, il y aurait contravention à la loi. «Le conseil municipal doit nommer un nouveau vérificateur général. On ne sait pas qui ce sera, mais ça devrait se faire selon un processus aussi rigoureux que dans les autres municipalités.»

Mme Dufour continue d'affirmer que l'embauche du nouveau vérificateur doit passer par une offre d'emploi spécifique avec des critères précis et la formation d'un comité de sélection indépendant dont le mandat sera de faire une recommandation au conseil afin d'assurer l'indépendance de la fonction.

Interrogé afin de savoir si le processus de nomination des vérificateurs généraux des villes n'est pas vicié au départ, puisqu'il permet à un conseil municipal de nommer la personne qui le vérifiera en disposant du tiers des appuis au conseil, Me Cloutier a déclaré que le ministère des Affaires municipales a imposé des modifications en raison de la situation vécue à Saguenay. «Ici à Saguenay, la majorité des deux tiers est facile à obtenir puisque tout le monde se plie aux agissements du maire Tremblay. Ça n'existe nulle part ailleurs au Québec que la majorité des conseillers donnent la majorité automatiquement.»

Me Cloutier conclut qu'il faut voir si le maire Tremblay se dirige vers le renouvellement du mandat d'Alain Girard. «On verra si Québec réagira en conséquence. L'Assemblée nationale n'hésite pas à faire appel aux contre-pouvoirs», conclut l'avocat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer