Bertrand Manzerolle: six mois de plus en prison?

En plus de devoir purger une peine d'un an minimum, Bertrand Manzerolle... (123RF/Sakhorn Saengtongsamarnsin)

Agrandir

123RF/Sakhorn Saengtongsamarnsin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

En plus de devoir purger une peine d'un an minimum, Bertrand Manzerolle pourrait rester six mois de plus derrière les barreaux pour avoir commis un vol qualifié avec une fausse arme au Dépanneur Pierrette du secteur Mistassini.

C'est la suggestion soumise par la procureure de la Couronne, Me Julie Villeneuve, lors des représentations sur la sentence, qui se tenaient lundi au Palais de justice de Roberval. Le juge Pierre Simard avait condamné l'homme de 41 ans en octobre dernier. Il n'avait pas cru la version de l'accusé qui affirmait ne plus se souvenir des événements en raison d'une tumeur au cerveau.

Son avocat, Me Sylvain Morissette, juge qu'une peine de travaux communautaires s'ajoutant à la peine minimale d'un an serait suffisante dans les circonstances. Bien que Manzerrolle ait dissimulé une fausse arme dans son pantalon pour commettre le vol de 300$, il ne l'a pas fait avec violence. «Quand le commis a témoigné, il a démontré qu'il n'en gardait pas de séquelles.

Monsieur Manzerolle n'a pas été violent ou intimidant», a-t-il fait valoir. Comme Manzerolle a purgé du temps de détention avant sa condamnation liée à des non-respects d'engagement et qu'il a fait une thérapie de quatre mois, son avocat veut faire reconnaître ces journées comme du temps préventif. En calculant tout le temps passé derrière les barreaux, Manzerolle aurait presque purgé l'ensemble de la sentence d'un an, estime son avocat. En ce qui a trait à la thérapie, la Couronne juge qu'elle ne peut être considérée comme du temps de détention, car il se trouvait d'une certaine façon en liberté, d'autant plus que cette cure a été un échec.

Le juge Pierre Simard se donne quelques jours pour soupeser les suggestions et déterminer ce qui peut être considéré comme du temps préventif comptant pour une journée et demie de prison. Il rendra la sentence vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer