La restauration de la Maison Agésilas-Lepage estimée à 870 000$

Cette maison ancestrale où a vécu l'un des... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Cette maison ancestrale où a vécu l'un des premiers hommes d'affaires de Bagotville, Agésilas Lepage, a été achetée par Saguenay le 11 novembre 2015. Elle était évaluée à 284 700 $ et la Ville l'a acquise pour 350 000 $ des Immeubles Robert Nault inc. L'objectif de l'administration municipale est de la vendre à une tierce partie, qui la rénovera, et de conserver une portion du terrain pour y aménager un stationnement.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Saguenay a acheté la maison Agésilas-Lepage à Bagotville en novembre 2015 (au coût de 350 000$ alors qu'elle était évaluée à 285 000$) et vient de publier un second appel d'offres pour la revendre

Saguenay n'arrive pas à revendre la maison Agésilas-Lepage, à La Baie. La Ville publie un nouvel appel d'offres public dans le but de trouver un acheteur. Il s'agit du deuxième avis publié pour le même projet en six mois.

La résidence ancestrale a appartenu à l'un des premiers hommes d'affaires de Bagotville. Le quai de croisières porte aujourd'hui son nom. Après avoir acheté l'immeuble de la rue Victoria en novembre 2015 pour 350 000$, un montant de 22 pour cent supérieur à l'évaluation municipale de 284 700$, Saguenay l'a mis en vente. L'objectif de la Ville était de lotir le terrain (le diviser en deux parties) et d'en conserver une portion de 1374 mètres carrés pour y aménager 40 cases de stationnement destinées à un usage public. L'immeuble possède déjà un stationnement d'une trentaine de cases, desservant autrefois le commerce Première Vidéo, auquel les utilisateurs du quartier ont accès depuis l'achat du terrain par la Ville.

À sa construction, le rez-de-chaussée, où le commerce... (Photo tirée du devis de soumission) - image 3.0

Agrandir

À sa construction, le rez-de-chaussée, où le commerce Première Vidéo a élu domicile plusieurs années plus tard, n'existait pas.

Photo tirée du devis de soumission

Le rez-de-chaussée a été ajouté quelques années plus... (Photo tirée du devis de soumission) - image 3.1

Agrandir

Le rez-de-chaussée a été ajouté quelques années plus tard.

Photo tirée du devis de soumission

Le deuxième lot, un terrain de 1173 mètres carrés sur lequel se trouve l'immeuble, serait vendu à une tierce partie à des fins résidentielles ou commerciales.

Le premier avis a été publié sur le site Internet d'appels d'offres du gouvernement du Québec, SEAO, le 10 mai 2016. Dans la portion «conditions de la vente», il est précisé que l'acquéreur doit s'engager à restaurer les caractéristiques architecturales de la résidence construite en 1861. Trois scénarios d'intervention sont fournis à titre indicatif, selon des esquisses produites par la firme Luc Fortin architectes. L'acquéreur n'est pas tenu de les réaliser, mais le devis stipule que «la restauration de la résidence doit demeurer une condition essentielle à la vente et l'acquéreur ne pourra, en aucun temps, s'en soustraire».

Le projet de réhabilitation du bâtiment de 1861 doit comporter au minimum 60 pour cent de la superficie de plancher au rez-de-chaussée utilisée à des fins commerciales ou de services.

Sur ces plans réalisés par Luc Fortin architectes,... (Photo tirée du devis de soumission) - image 4.0

Agrandir

Sur ces plans réalisés par Luc Fortin architectes, contenus au devis de soumission, on peut voir la division du lot initial en deux terrains distincts. Le premier, d'une superficie de 1173 mètres carrés, où se trouve la maison ancestrale, est celui à vendre. Le deuxième, qui totalise 1374 mètres carrés, et où se trouve déjà un stationnement d'une trentaine de cases, sera conservé par la Ville.

Photo tirée du devis de soumission

Un seul soumissionnaire

La microbrasserie Entre deux mondes a été la seule entreprise à présenter une offre à la Ville pour l'acquisition de la résidence Agésilas-Lepage. L'offre a été rejetée par le service des approvisionnements. La représentante de la compagnie, Nadia Savard, a indiqué au Progrès-Dimanche que sa proposition a été écartée parce que l'entreprise n'a pu fournir la garantie financière de 200 000$ requise au devis, valide pour une période de 18 mois (le délai maximal pour la réalisation des travaux). Cette garantie était en sus de celle de 20 000$, d'une durée de 90 jours, également exigée.

Des investissements de 870 000$ requis

Selon le rapport de la firme Luc Fortin... (Photo tirée du devis de soumission) - image 6.0

Agrandir

Selon le rapport de la firme Luc Fortin architectes, réalisé à la demande de Saguenay et inclus au devis d'appel d'offres, l'acquéreur devra investir environ 870 000 $ pour rénover cette résidence située au 781-787 Victoria. Un premier avis a été publié en mai dernier, mais le seul soumissionnaire au projet n'a pu fournir la caution de 200 000 $ nécessaire pour être considéré.

Photo tirée du devis de soumission

L'acquéreur de la maison Agésilas-Lepage devra investir des sommes importantes pour restaurer la résidence patrimoniale du 781-787 Victoria.

En entrevue l'an dernier, le conseiller municipal Luc Boivin a fait valoir que la résidence est en bon état malgré son âge vénérable. «La maison a été bien construite. C'est une bâtisse intéressante et le potentiel est là. Elle pourra être récupérée», a-t-il fait valoir en septembre 2015.

La ventilation des coûts, tels qu'estimés par Luc Fortin architectes, totalise 870 729$. Le rapport de l'ingénieur Louis-Marie Gauthier, produit en février 2016, signale pour sa part que des travaux majeurs sont requis pour corriger certaines lacunes architecturales de l'édifice. Le bâtiment original, auquel des rallonges ont été ajoutées au fil des ans - dont un étage sous la maison -, nécessite des travaux de solidification «pour la majeure partie de ses composantes». Toujours selon le rapport du consultant mandaté par la Ville, l'état des fondations est bon, mais des travaux de bétonnage sont requis pour assurer la continuité des charges lors des travaux de réfection. Enfin, le consultant Louis-Marie Gauthier signale que «le retrait de deux murs porteurs du bâtiment original a causé une faiblesse dans le contreventement [...] et des travaux pour stabiliser latéralement le bâtiment sont à prévoir.

Le projet est admissible à une aide financière dans le cadre du Programme de revitalisation commerciale des centres-villes de Chicoutimi et de La Baie. La subvention, bonifiée dans le nouvel appel d'offres, couvre 50 pour cent des travaux admissibles, jusqu'à un maximum de 250 000$ par bâtiment.

Prix d'achat

Saguenay a acquis la maison Lepage de la compagnie Les Immeubles Robert Nault Inc., comme en fait foi l'acte notarié signé par l'assistante-greffière de la ville, Annie Jean, et le conseiller municipal Luc Boivin, disponible pour consultation au Registre foncier du Québec en ligne. Le prix du terrain était de 200 000$, tandis que le montant pour le bâtiment a été fixé à 150 000$. Selon le rôle d'évaluation en vigueur à Saguenay, le terrain a une valeur foncière de 167 100$, tandis que le bâtiment vaut 117 600$.

La plus récente mouture de l'appel d'offres et les plans et devis techniques sont disponibles au service des approvisionnements de Saguenay, mais les documents ne sont pas publiés sur le site Internet de la Ville ou sur SEAO.ca. À ce sujet, le service des communications a expliqué que l'affichage n'est pas sur le Web pour «rendre le processus plus simple pour monsieur et madame Tout-le-monde».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer