L'évêché de Chicoutimi se tourne vers le gaz naturel

L'évêché et la cathédrale de Chicoutimi ne sont... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'évêché et la cathédrale de Chicoutimi ne sont plus reliés à la chaufferie de l'hôpital depuis quelques mois.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Depuis quelques mois, la chaufferie de l'hôpital de Chicoutimi n'assure plus les besoins énergétiques de l'évêché et de la cathédrale. Devant la vétusté des tuyaux souterrains qui relient les deux immeubles au conduit central du centre hospitalier, les directions du diocèse et de la Fabrique Saint-François-Xavier ont choisi de se tourner vers un système d'alimentation au gaz naturel.

Dans le cas de l'évêché, la décision a été prise après un bris survenu récemment. Les réparations ont coûté 5000$ et ne couvraient qu'une mince partie des besoins de restauration du circuit. D'importants travaux étaient requis pour retaper le réseau, construit en 1963, et la direction a procédé à une évaluation exhaustive de la situation.

«Le réseau avait été conçu pour une période de quarante ans et il était rendu à 50 ans. Juste pour l'évêché, on a mis 5000$ et on nous a fait comprendre que c'était juste du rapiéçage. On s'est dit: ''est-ce qu'on remplace la totalité du réseau ou on se tourne vers une autre source d'énergie moins coûteuse? ''», explique l'économe diocésain, Richard Perron.

Bien qu'elle soit située à l'hôpital de Chicoutimi, la centrale de chauffage n'est pas la propriété du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS). La portion commune de la chaufferie, laquelle alimente plusieurs immeubles, dont les couvents de trois communautés religieuses, une portion du Cégep de Chicoutimi, une partie de l'UQAC et, jusqu'à tout récemment, l'évêché et la cathédrale, appartient à une société en nom collectif. La corporation Centrale de chauffage SENC inc. est gérée par un conseil d'administration auquel siège un représentant de chacun des organismes possédant un immeuble relié à la chaufferie. La cathédrale et l'évêché sont représentés au C.A.

Richard Perron précise que si le diocèse avait opté pour la rénovation des tuyaux souterrains, il aurait été obligé de payer pour le remplacement de bouilloires auxquelles les conduits étaient raccordés. Des subventions offertes par l'entreprise Gaz Métro pour des projets de conversion au gaz naturel ont influencé la décision. La Fabrique Saint-François-Xavier a fait le même choix pour la cathédrale. Selon l'économe du diocèse de Chicoutimi, l'autonomie en matière de chauffage permettra à l'évêché de réaliser des économies de 30 à 40 pour cent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer