Les policiers martèlent le message

Un barrage policier à Jonquière.... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Un barrage policier à Jonquière.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'alcool au volant, c'est criminel. C'est ce message que les policiers ont martelé, jeudi soir, lors du premier d'une longue série de barrages qui se tiendront au fil des prochaines semaines.

Selon la SAAQ, dans environ 80% des cas de collision, le conducteur impliqué et reconnu coupable d'une infraction liée à l'alcool au volant n'était pas un récidiviste. C'est donc dire que ce ne sont pas les multirécidivistes qui causent le plus d'accidents, mais bien les conducteurs qui en sont à une première infraction.

Jeudi, le barrage s'est déroulé à la sortie Saint-Hubert, à Jonquière. «Nous allons intensifier les barrages parce qu'on est dans les périodes où les occasions de faire des soirées avec de l'alcool sont nombreuses. L'important, avec les barrages, ce n'est pas tellement de procéder à plusieurs arrestations, mais plutôt de rappeler à la population que les policiers sont présents», explique la sergente Nathalie Girard, de la Sûreté du Québec.

«On peut faire des barrages en plein jour, des barrages de soir, des barrages la nuit. N'importe où, n'importe quand, il peut y avoir un barrage. Et c'est encore plus probable durant l'opération VACCIN», souligne le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier. VACCIN (Vérification accrue de la capacité de conduite - Intervention nationale) se termine le 2 janvier.

Le nombre d'arrestations pour conduite avec les facultés affaiblies par la drogue ou l'alcool est en général stable, au cours des dernières années.

«Malgré un consensus social très fort, il continue d'y avoir beaucoup de personnes qui conduisent en pensant qu'elles peuvent le faire, qu'elles ne dépassent pas les limites permises... Avec cette campagne, ce que l'on dit aux gens, c'est de ne pas hésiter à intervenir. Offrez l'hospitalité, appelez un taxi, trouvez des solutions pour que celui qui veut conduire avec de l'alcool dans le sang ne le fasse pas», souligne Julie Gagnon, de la SAAQ.

En plus de l'alcool, les policiers seront aussi aux aguets pour les conducteurs qui prendraient le volant avec les facultés affaiblies par la drogue. À 22 h, aucune arrestation n'avait encore été effectuée.

Une première condamnation coûte 6000$

(Presse Canadienne) - Les dangers de la conduite avec les facultés affaiblies sont bien connus, mais bien peu d'automobilistes sont conscients des risques pour leur portefeuille s'ils se font prendre sans même avoir causé d'accident.

Des données compilées par le CAA Québec démontrent en effet qu'une première condamnation pour conduite avec les facultés entraîne des déboursés d'environ 6000 $ qui s'ajoutent aux répercussions importantes d'une telle condamnation sur la vie professionnelle, sociale et personnelle.

Parmi les dépenses, on note l'amende minimale de 1000 $, les frais d'avocat pour être représenté devant le tribunal, les frais pour un nouveau permis, des coûts d'assurance supplémentaire d'environ 300 $ à la Société de l'assurance automobile du Québec, le remorquage et le remisage du véhicule et l'installation et la location d'un antidémarreur éthylométrique, qui représente environ 1200 $ et une augmentation en flèche de l'assurance privée, pour ne nommer que ces dépenses.

Aussi, pour se rendre aux États-Unis, un conducteur condamné devra également prévoir environ 500 $ afin d'obtenir la version anglaise de son jugement, rédigée par un traducteur professionnel reconnu par le Barreau du Québec.

De plus, le CAA ne comptabilise pas dans le total de 6000 $ les coûts que peuvent représenter la suspension immédiate du permis pour 90 jours et une éventuelle interdiction de conduire durant un an, qui ne peuvent être évalués, mais qui impliquent des déboursés additionnels.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer