Englobe explique son mandat à la sablière

La sablière du chemin des Chutes, à La... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La sablière du chemin des Chutes, à La Baie.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Quelques jours après avoir reçu un mandat de Saguenay destiné à trouver une solution aux inconvénients liés à l'exploitation de la sablière du chemin des Chutes, à La Baie, Englobe explique la façon dont elle entend s'y prendre pour rapprocher les parties.

Mathieu Forget, chef d'équipe milieu social chez Englobe, une firme d'ingénierie spécialisée dans les projets énergétiques, développement durable, explique que le mandat reçu est assez clair, soit de dresser un portrait de situation de l'exploitation de la sablière qui dispose de droits acquis clairs et du voisinage qui, lui, dispose d'un droit de quiétude. 

« Mon mandat est de concilier ces états de fait. Il faut faire cheminer les parties autour de conditions devant permettre une cohabitation. Ça veut dire aller au-delà des règles de loi afin de trouver un équilibre », explique M. Forget.

Il ajoute que la solution de cohabitation implique que chacune des parties comprend la réalité de l'autre touchant les heures d'exploitation, les périodes de quiétude, les besoins, ce qui pourrait se traduire par des ajustements réglementaires mineurs, ou des solutions techniques comme, par exemple, l'aménagement d'un mur-écran.

« Juste se connaître et être prévisibles dans les opérations constituent déjà une grande avancée », affirme M. Forget qui ajoute que les solutions proviendront des citoyens et de l'opérateur de la carrière.

Avant d'en arriver là, le processus implique que l'ensemble des citoyens et de l'opérateur soient rencontrés afin de comprendre ce qu'ils ont à dire, quels sont les enjeux et les conditions de cohabitation.

Comité de liaison

Une fois cette étape complétée, M. Forget prévoit la mise en place d'un comité de liaison composé de citoyens et représentants de l'entreprise. 

« Si les besoins s'en font sentir, on fera venir un avocat pour comprendre la notion de droits acquis. Mon travail est de m'assurer que les gens comprennent bien les notions. Le comité pourra diffuser de l'information. Ce sera un lieu d'échanges et de réflexion. Il faudra développer un terrain d'entente puisque personne n'a de prise légale dans ce dossier. »

Il conclut en affirmant faire entièrement confiance au processus qui sera mis en place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer