• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Ouverture de terrains résidentiels à Saguenay: une nouvelle procédure demandée 

Ouverture de terrains résidentiels à Saguenay: une nouvelle procédure demandée

Des fonctionnaires du service d'urbanisme de Saguenay ont... (Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Des fonctionnaires du service d'urbanisme de Saguenay ont récemment proposé l'adoption d'une procédure pour le développement résidentiel. Le président de la commission d'aménagement du territoire, Marc Pettersen, ne croit pas qu'il y ait de l'étalement urbain à Saguenay, mais souhaite qu'une étude soit réalisée pour déterminer les besoins à long terme.

Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le comité consultatif d'urbanisme (CCU) de l'arrondissement de Chicoutimi souhaite qu'une étude soit réalisée afin de mieux définir les orientations de la Ville en matière de développement résidentiel.

Cette demande a fait l'objet de discussions lors de la réunion du Comité d'aménagement, de génie et d'urbanisme (CAGU) de Saguenay tenue le 25 octobre dernier. L'urbaniste Marie-Christine Tremblay a alors informé les membres de la commission que la mise en place d'une procédure est souhaitable «afin d'orienter les promoteurs concernant l'ouverture de nouveaux quartiers résidentiels sur le territoire de la Ville de Saguenay».

Il a notamment été demandé que le service d'aménagement du territoire et de l'urbanisme procède à un inventaire complet des terrains disponibles, le tout dans le dessein de mieux planifier les projets. Cette discussion a eu lieu parce qu'un promoteur souhaitait ouvrir des terrains dans le secteur manège miliaire, à Arvida, alors que certains n'ont toujours pas trouvé preneur ailleurs sur le périmètre de la ville. Certains fonctionnaires ont suggéré que la vente de terrains existants soit privilégiée avant l'ouverture de nouveaux quartiers.

Le président de la commission, Marc Pettersen, se montre plus nuancé. Il réitère qu'il est faux de dire que le développement résidentiel à Saguenay favorise l'étalement urbain et que les promoteurs qui obtiennent des permis développent à l'intérieur des zones blanches prévues au schéma d'urbanisme.

«L'idée derrière tout ça était d'attendre que tous les terrains disponibles soient vendus avant d'en ouvrir d'autres. On ne peut pas brimer la liberté des promoteurs d'aller où ils veulent dans la zone blanche», met en contexte le président. Marc Pettersen croit «qu'il faut aller plus loin» et qu'une éventuelle étude devrait se pencher sur la démographie et les perspectives d'emploi. Invoquant certaines statistiques, notamment celle voulant que les revenus de retraite aient augmenté de 36 pour cent au Saguenay-Lac-Saint-Jean entre 2002 et 2013, le conseiller municipal estime que le nerf de la guerre relève de ce qu'il considère comme la désintégration des régions, provoquée par le manque d'investissements des paliers de gouvernement supérieurs pour favoriser la création d'emploi.

«Je le dis depuis 20 ans. Ce qui détermine la richesse d'une région est l'égalité des chances à l'emploi. Il ne faut pas se limiter à l'étalement urbain ou aux terrains vacants. Il faut aller plus loin et plus à fond. J'aimerais que les gouvernements arrêtent de faire semblant qu'ils sont là pour nous aider et qu'ils arrêtent de nous sous-financer», dit-il.

Selon Marc Pettersen, il est impératif de trouver l'équilibre entre le développement résidentiel intelligent et le maintien d'une activité économique florissante dans le domaine de la construction.

«La construction domiciliaire n'est pas extravagante à Saguenay et ce secteur fait rouler l'économie. Je veux voir ce qui nous attend au cours des prochaines années avec les hauts et les bas de l'immobilier. On est dans un creux de vague actuellement. Quand on a autorisé les nouveaux quartiers il y a quelques années, le contexte économique était favorable, avec les projets de Niobec et d'Ariane Phosphate. Ces projets vont démarrer un jour et il faudra être prêts pour la demande», de signifier le conseiller.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer