COP22: un des objectifs atteint, selon Sylvain Gaudreault

Des membres des délégations internationales, à l'extérieur de... (Archives AFP)

Agrandir

Des membres des délégations internationales, à l'extérieur de la conférence des Nations Unies sur le climat.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le député de Jonquière et porte-parole de l'opposition en matière d'environnement et de changements climatiques, Sylvain Gaudreault, est plutôt satisfait de son passage à la conférence des Nations Unies sur le climat (la COP22), qui se déroulait du 7 au 18 novembre à Marrakech, au Maroc.

Sylvain Gaudreault est satisfait de son passage à... (Tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Sylvain Gaudreault est satisfait de son passage à la conférence des Nations Unies sur le climat qui se tenait à Marrakech.

Tirée de Facebook

«Somme toute, je suis satisfait des différents points abordés et des progrès que nous avons faits», affirme le député, toujours au Maroc, à qui Le Quotidien a parlé en soirée vendredi. M. Gaudreault s'était rendu à la COP22 avec trois objectifs en tête.

«Il y a un des objectifs, le plus important, qui a été accepté par le gouvernement. En fait, on avait proposé au premier ministre de faire une loi-cadre sur la mise en oeuvre des objectifs de la COP21, qui s'était déroulée l'année dernière. M. Couillard a dit qu'il ne fermait pas la porte à faire une réglementation. C'est un signal fort qui est envoyé», affirme le député.

Les deux autres objectifs qu'avait en tête le Parti québécois n'ont toutefois pas été atteints. «Le premier ministre n'y a pas répondu, explique M. Gaudreault. On voulait que le gouvernement scinde en deux le projet de loi 106, et on a également fait un dépôt pour une stratégie de mobilité durable.»

Toutefois, Sylvain Gaudreault estime que sa présence était nécessaire. «C'est important que l'opposition se trouve à cet endroit pour continuer le dialogue avec le gouvernement, mais également pour continuer à mettre de la pression. Je crois que par ma présence, j'ai réussi à pouvoir mettre en oeuvre l'un de nos objectifs. C'est également une expérience unique de pouvoir y participer», affirme-t-il.

En plus de discuter avec le gouvernement, le député de Jonquière a également pu rencontrer de nombreux organismes environnementaux et professeurs spécialistes de la question de la province.

La COP22 fait suite aux Accords de Paris, adoptés l'année dernière lors de la COP21. Le but de cette conférence était de proposer des moyens concrets d'atteindre les objectifs fixés en 2015 par les pays.

«Le gouvernement du Québec s'est fixé des objectifs pour baisser les gaz à effets de serre (GES). Mais il se base surtout sur le marché du carbone pour le faire, c'est-à-dire ces échanges entre les compagnies qui produisent beaucoup de GES et ceux qui en produisent moins. Sauf que nous, on croit que ce n'est pas assez. On doit aller plus loin», martèle M. Gaudreault.

En fait, malgré les quelques progrès réalisés pendant la conférence, le député de Jonquière estime que les discussions avec le Parti libéral sont loin d'être terminées. «On a fait des pas dans la bonne direction, mais ce n'est pas gagné», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer