Opitciwan expulsera les revendeurs de drogue

Le chef d'Obedjiwan, Christian Awashish... (Archives Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Le chef d'Obedjiwan, Christian Awashish

Archives Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le projet d'expulser les vendeurs de drogue de la communauté atikamekw d'Opitciwan a été accepté par la population dans une proportion de 81%.

«Le résultat est clair et les réactions sont éloquentes. Plusieurs personnes m'ont témoigné leur appui, en disant que les grands gagnants sont la vie et la santé de nos jeunes», a déclaré le chef Christian Awashish qui veut enrayer la vente et la consommation de drogue sur son territoire.

Un scrutin référendaire sur la question a eu lieu le 16 novembre et 378 personnes, soit 81%, ont voté «oui» contre 71 (15%) «non». Le conseil de bande va modifier quelque peu son règlement et va faire des consultations avant de le mettre en vigueur au début de l'année 2017. «Il y a quelque temps, trois personnes se sont fait arrêter pour la vente de drogue. Si elles sont accusées de trafic, elles seront les premières à être bannies de notre communauté», mentionne-t-il

Cette réponse positive au référendum est un message sans équivoque pour la lutte contre la vente et l'usage de stupéfiants. L'expulsion pour une période de cinq ans des revendeurs ayant reçu une condamnation permettra aux autorités de concentrer leurs efforts sur des projets plus porteurs pour enrayer des problèmes sociaux qui touchent la communauté.

«Les membres ont parlé avec leur coeur et démontré hors de tout doute qu'il fallait agir sans plus attendre. Pour beaucoup de nos membres, prendre de la drogue, c'est du suicide. On nous a demandé des mesures davantage dissuasives et c'est ce que nous ferons. Devant un fléau qui se répandait même au niveau des jeunes de l'école primaire (9 à 12 ans), nous avions le devoir d'agir et d'assumer nos responsabilités», a ajouté le Chef Awashish.

Ce dernier aimerait bien avoir plus de moyens financiers pour le corps policier afin de faire une lutte efficace contre la vente de drogue. «On espère que ça va être dissuasif. Il faut trouver toutes les manières possibles pour enrayer ce fléau. Les vendeurs sont très astucieux pour déjouer la police. Nous aimerions faire encore plus d'arrestations, mais ça demande beaucoup d'énergie», a-t-il mentionné au Quotidien.

Christian Awashish est bien conscient que le fait d'interdire l'accès à la communauté risque de «pelleter» le problème dans d'autres communautés comme Mashteuiatsh. «C'est certain qu'ils devront aller vivre ailleurs, nous en sommes conscients. Nous prenons une décision pour qu'ils ne puissent plus sévir à Opitciwan. C'est pour le bien de la communauté.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer