Faire face aux enjeux de l'avenir

Le recteur de l'UQAC, Martin Gauthier, et le... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le recteur de l'UQAC, Martin Gauthier, et le pdg du Centre de la francophonie des Amériques, Denis Desgagné, ont signé le protocole pour la tenue à Chicoutimi de l'Université sur la francophonie des Amériques, en présence de Marc-Urbain Proulx (UQAC) et Pierre-Marcel Desjardins (Moncton).

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est sous le thème «Des communautés apprenantes» que se déroulera dans les murs de l'Université du Québec à Chicoutimi la 5e édition de l'Université d'été sur la francophonie des Amériques avec, en toile de fond, l'histoire d'une région qui doit s'interroger pour faire face aux grands enjeux de l'avenir comme doivent le faire de nombreuses régions dans le monde.

La nouvelle a été confirmée mercredi matin à l'UQAC en présence du recteur Martin Gauthier et du président et directeur général du Centre de la francophonie des Amériques, Denis Desgagné. L'événement se déroulera sous la présidence d'honneur du professeur Gérard Bouchard qui dirige les travaux de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs. 

«L'Université d'été sur la francophonie des Amériques, c'est un lieu de rencontres et de découvertes entre francophones des quatre coins du continent, c'est une occasion de réflexion sur la vitalité de la diversité de la francophonie dans les Amériques», a déclaré le patron du centre.

Marc-Urbain Proulx agira à titre de professeur dans le cadre de cet événement de prestige dans le milieu universitaire. Il a souligné l'importance pour les différentes régions d'Amérique de faire part de leur expérience en tant que communautés devant se positionner face à l'avenir. Il s'est réjoui de la présidence d'honneur confiée à l'historien et sociologue Gérard Bouchard, dont les travaux ont fait la lumière sur la période préindustrielle et industrielle de la région qui a mis en place la structure économique ayant supporté le Saguenay-Lac-Saint-Jean jusqu'à aujourd'hui.

Le professeur a fait référence à différentes activités réalisées dans la région depuis plus d'une vingtaine d'années et qui sont des formes d'apprentissage permettant de faire face aux défis de l'avenir. Ce fut le cas dans les sommets économiques, au sein des structures de concertation régionale et, il y a quelques mois, lors du forum sur l'industrie de l'aluminium. Selon Marc-Urbain Proulx, le développement régional repose sur des bases théoriques semblables partout dans le monde et les régions font généralement face à des problématiques semblables accentuées par de grands courants économiques.

Le professeur d'économie Pierre-Marcel Desjardins, de l'Université de Moncton, a fait le lien entre la nécessité pour les communautés de trouver les moyens de se développer et la survie de la langue française. Dans une province comme le Nouveau-Brunswick, le professeur croit névralgique de maintenir le développement économique dans les régions francophones de façon à permettre aux jeunes de revenir travailler dans leur langue dans leur région d'origine. Sans cette vivacité économique, les jeunes francophones n'ont d'autres choix que de quitter les régions pour les grands centres francophones et c'est à ce moment qu'ils s'exposent à une forme d'assimilation.

L'Université d'été regroupera donc pas moins de 45 personnes, étudiants et professeurs, spécialisées dans des domaines d'étude rattachés aux sciences sociales. Chaque année, le centre reçoit pas moins de 500 demandes d'inscription. Le comité scientifique pour cette édition sera composé de professeurs provenant du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Ontario et du Brésil.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer