Un autre policier de Saguenay fait l'objet d'une enquête

Un autre policier de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) se trouve... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un autre policier de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) se trouve actuellement en congé forcé. Il fait l'objet d'une enquête interne pour des gestes qu'il aurait commis lors de l'arrestation de Michaël Dallaire.

Le Quotidien a appris, en soirée mercredi, que l'agent a été suspendu dans les jours qui ont suivi le retrait des accusations déposées contre le Jonquiérois. Le policier n'est toujours pas de retour à son poste.

Selon nos informations, les faits reprochés se sont produits à la suite de l'arrestation de Dallaire, le 12 octobre dernier, un individu bien connu des milieux policier et judiciaire.

Cette journée-là, l'agent a croisé le véhicule du suspect sur la rue Saint-Dominique, à Jonquière, et a noté une fissure dans le pare-brise. En s'approchant du véhicule, il a aperçu («plain view») une arme sur la banquette arrière.

Le policier a immédiatement procédé à l'arrestation de l'individu bien connu des policiers et a mis la voiture sous scellé. C'est lors de la fouille officielle que des armes ont été découvertes dans le coffre arrière, de même qu'une quantité importante de méthamphétamine.

Environ un mois plus tard, soit le 10 novembre, Dallaire a vu les accusations être retirées. Il a pu reprendre sa liberté en toute quiétude. Selon l'information donnée au juge, la Couronne n'aurait pu prouver hors de tout doute raisonnable la culpabilité de Dallaire.

«Nous avons appris que des irrégularités auraient été commises de la part du policier. Nous en avons parlé avec le Directeur des poursuites criminelles et pénales de Québec, qui nous a dit de mener une enquête interne», a mentionné Pierre Girard, inspecteur à l'administration policière de Saguenay, lors d'un entretien avec Le Quotidien.

«Le policier a été suspendu avec solde pour la durée de l'enquête. Nous voulons voir s'il y a eu des manques à l'éthique. La population est en droit de s'attendre à un comportement exemplaire de nos policiers et c'est notre travail de nous en assurer. Il faut savoir que la très grande majorité de nos agents font un travail exemplaire, malgré des situations difficiles. L'objectif est de bien servir la population et assurer sa sécurité», a ajouté M. Girard.

Celui-ci n'a pas voulu identifier les irrégularités qui auraient été commises, précisant qu'il est trop tôt, et qu'il faut laisser le capitaine Luc Turcotte mener son enquête.

«Notre travail est de faire enquête et ensuite de soumettre nos conclusions au DPCP», de dire l'inspecteur Girard.

À la Fraternité des policiers et policières de Saguenay, le président Dominic Doré confirme les informations du Quotidien.

«Tout ce que je peux dire, c'est que nous avons effectivement un de nos policiers qui a été suspendu et qui se retrouve sous enquête. Mais je ne peux confirmer les raisons de cette décision», a-t-il précisé.

Si jamais des accusations criminelles étaient déposées contre ce policier, ce serait le cinquième dossier à se retrouver aux affaires criminelles du Palais de justice de Chicoutimi après André Simard (agressions sexuelles et trafic de stupéfiants - deux ans moins un jour de prison), Robin Bouchard (absolution inconditionnelle), Dany Harvey (acquitté de voies de fait) et Philippe Lajoie (devant le tribunal pour voies de fait) au cours des dernières années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer