Le nouveau système dénoncé

Le Syndicat des paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean (FSS-CSN) dénonce les... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le Syndicat des paramédics du Saguenay-Lac-Saint-Jean (FSS-CSN) dénonce les ratés du nouveau système de répartition assisté par ordinateur (RAO) Emergency's implanté en juillet dernier, une technologie dont les fonctionnalités auraient été mal choisies pour les besoins de la région.

Christian Rioux, vice-président santé et sécurité du syndicat, rappelle qu'en juillet dernier, le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean implantait un nouvel outil qui devait révolutionner le travail des ambulanciers. Depuis son implantation, les ambulanciers ne cessent de connaître des difficultés et sont victimes d'anomalies de communication avec le Centre de communication santé des capitales, lequel coordonne le déplacement des véhicules sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Le représentant syndical a énuméré toute une série de problèmes reliés à l'utilisation d'Emergency's. Il parle des difficultés de localisation des adresses résidentielles, de pannes subites, d'interruptions de signaux cellulaires, ainsi que d'écrans de visualisation trop petits, alors que les ambulances doivent parfois rouler sur des routes cahoteuses, ce qui les rend leur consultation difficile.

Les lenteurs du système et le gel des écrans ainsi que des défaillances au niveau de la cartographie constituent d'autres entraves qui, selon le syndicat, peuvent allonger indûment les temps d'intervention.

«Auparavant, nous étions sur les ondes radio. Maintenant, nous sommes passés à la téléphonie cellulaire. Des secteurs comme Lamarche, Lac-Bouchette, Falardeau et La Doré peuvent connaître des problèmes lorsqu'il y a coupure des ondes. Lorsque le répartiteur parle avec l'appelant et que celui-ci est en arrêt cardiorespiratoire dans son sous-sol au fond à gauche, l'ambulancier ne le saura jamais.»

Dangers potentiels

Des dangers potentiels peuvent exister dans des cas de détresse psychologique où la personne peut être armée. Le fait que le Centre de communication santé des capitales fonctionne sur le système Remir, alors que les ambulanciers fonctionnent encore sur l'ancien système de communication peut créer des problèmes de communication dans la Réserve faunique des Laurentides.

L'organisation syndicale admet que des changements mineurs ont été apportés au système il y a deux semaines, sauf que les erreurs d'affectation et de la cartographie GPS se poursuivent, affirme David Saint-Jean, président du Syndicat des paramédics de la CTAQ.

M. Rioux reconnaît que le nouveau système de répartition fonctionne bien ailleurs au Canada et aux États-Unis, sauf que le système peut être «programmé» de façon optionnelle.

«On se demande si quelque part à Québec, quelqu'un n'a pas voulu économiser sur le dos de la région en effectuant de mauvais choix puisqu'à Montréal, le système est fonctionnel.»

Le Syndicat des paramédics demande une intervention rapide du ministre de la Santé, afin de régler cette situation une fois pour toutes, sans quoi des conséquences importantes pourraient affecter des personnes en besoin d'assistance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer