Projet de loi 70: manif devant le bureau de Sylvain Gaudreault

À l'instigation du comité programmes sociaux de Solidarité... (Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

À l'instigation du comité programmes sociaux de Solidarité populaire 02, une quinzaine de personnes ont manifesté devant le bureau du député Sylvain Gaudreault pour dénoncer l'adoption de la loi 70.

Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

À l'instigation du comité programmes sociaux de Solidarité populaire 02 et de son représentant, Sylvain Bergeron, le petit groupe a dénoncé la nouvelle mesure qui fera passer le revenu d'aide sociale de 623 $ à 399 $ pour ceux qui ne pourront répondre aux exigences du programme Objectif.

En présence des députés péquistes Mireille Jean, Alexandre Cloutier et Sylvain Gaudreault, et de représentants syndicaux régionaux, M. Bergeron a dénoncé également le Parti québécois et Québec Solidaire qui, sous la menace du bâillon, ont préféré conclure une entente avec le ministre François Blais en échange d'articles permettant d'éviter les contributions parentales et les avoirs en mains dans le calcul des prestations. « On aurait préféré que l'opposition se rende jusqu'à l'imposition du bâillon, ce qui nous aurait permis de démontrer que le gouvernement fait passer ses objectifs de droite avant le bien-être des citoyens. »

M. Bergeron affirme que le programme Objectif Emploi aura pour effet de stigmatiser les personnes assistées sociales avec la création de la catégorie des premiers demandeurs de prestation. Les gains de revenu de travail de ces derniers ne s'appliqueront pas aux autres prestataires. Ainsi, une personne avec un revenu de travail pourra conserver 20 % de ce revenu s'il est supérieur à 200 $. Une personne qui gagnerait 300 $ conserverait 220 $ au lieu de 200 $, soit le 200 $ permis et 20 % du 100 $ supplémentaire.

Bien qu'il soit louable d'inciter les personnes à retourner sur le marché du travail, M. Bergeron affirme que le gouvernement actuel n'est pas capable de mettre en place les mesures contenues dans Objectif Emploi. « Ce n'est pas que ce ne soit pas bon, c'est qu'il n'y en a pas assez. Ça s'applique pour les personnes bénéficiant de l'assurance-emploi. En ce moment, il y a 20 000 chercheurs d'emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il y a 900 emplois disponibles. Comment peut-on faire entrer 20 000 personnes dans une salle de 900. »

Solidarité populaire 02 affirme qu'après l'adoption du projet de loi 70, il faudra surveiller le projet de règlement où seront précisées les modalités d'Objectif emploi, soit les montants des pénalités, les raisons des pénalités. On craint que Québec n'ajoute une retenue du premier chèque d'aide sociale jusqu'à la rencontre avec un agent.

Présente à la manifestation, Brigitte Claveau, représentante régionale du Syndicat de la fonction publique du Québec (SCFP), craint que les mesures contenues dans la nouvelle loi ne soient tout simplement ingérables et inhumaines pour les gens qui la subiront et pour les fonctionnaires qui l'appliqueront.

Répondant aux critiques soulevées, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a déclaré que son parti était d'accord avec les critiques soulevées par les groupes populaires, mais qu'après 100 heures d'étude en commission parlementaire, dont 40 portant uniquement sur la définition du programme, il a été préférable d'obtenir des changements au projet de loi pour éviter la prise en compte du patrimoine personnel et la révision de la loi au bout de deux ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer