Époque du Carnaval-Souvenir: «Monsieur Marcellin» s'éteint à 87 ans

Marcellin Côté, celui que l'on appelait «Monsieur Marcellin» à la belle époque... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Marcellin Côté, celui que l'on appelait «Monsieur Marcellin» à la belle époque du Carnaval-Souvenir de Chicoutimi, est décédé lundi après-midi. Il était âgé de 87 ans.

Homme d'affaires coassocié avec feu Marcellin Martel chez Imprimerie Deluxe, Marcellin Côté s'est fait connaître du public chicoutimien en tant que personnage du Carnaval-Souvenir et membre des «Boutons à quatre trous», une organisation informelle oeuvrant pour le financement de cette activité hivernale.

André-R. Gauthier, l'ex-responsable de la Criée devant la Cathédrale, avoue qu'il a perdu lundi un vieil ami qui se démarquait par sa joie de vivre, son sens du spectacle, son humour et son sens de l'organisation.

«Lorsqu'on allait quelque part dans un chalet ou ailleurs, c'était lui qui organisait les jeux pour les femmes, les hommes, les enfants. Il fallait que tout le monde participe, mais il fallait l'écouter lorsqu'il parlait», témoigne M. Gauthier.

Il se rappelle à l'époque d'avoir suggéré d'organiser un encan pour amuser le public, mais M. Marcellin s'y opposait.

«J'ai décidé de l'organiser quand même. Une fois rendu sur scène, j'aperçois Marcellin qui venait me rejoindre. Il trouvait que je vendais cher. J'avais mis en vente une bouteille de boisson qu'il avait fait circuler dans le public pour la faire goûter à tout un chacun. Tout ça était pour faire rire le monde. Je n'oublierai jamais ce gars-là.»

M. Gauthier ajoute que les anecdotes sont nombreuses, entre autres avec l'activité des Barbus au Club de yacht.

Les chansons qu'il interprétait, avec son frère Fernand «à la musique à bouche», et dont il avait peine à se souvenir des mots, ses imitations de la Bolduc, l'organisation de kermesses avec jeux de cirque au parc Caron à la fin des années 50 l'ont fait connaître.

Les mêmes souvenirs remontent à la surface du côté de son frère Fernand qui partageait de bons moments quotidiennement avec lui ces dernières années.

«Je perds un bon compagnon. On se suivait toujours. Ça donne un coup», a commenté brièvement M. Côté.

Le défunt laisse dans le deuil son épouse Ghislaine Boucher et ses filles, Sonia et Hélène.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer