Denis Lemieux choque les syndicats

Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux... (Archives Rocket Lavoie)

Agrandir

Le député de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux

Archives Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le député libéral de Chicoutimi-Le Fjord, Denis Lemieux, n'a pas accepté de mettre dans son bureau l'affiche de solidarité envers le monde forestier d'Alliance forêt boréale et aurait tenu des propos blessants envers les syndiqués.

C'est une réplique plus petite de ce visuel... (Archives Le Quotidien) - image 1.0

Agrandir

C'est une réplique plus petite de ce visuel que Denis Lemieux n'a pas voulu dans son bureau.

Archives Le Quotidien

«Nous avions pris rendez-vous pour que je lui remette l'affiche. Quand on est arrivés, nous avons pris une photo et il m'a dit qu'il ne la voulait pas et que je devrais aller la mener à Karine Trudel (député NPD de Jonquière) à la place, parce qu'on pense qu'elle défend mieux la forêt que lui. Il m'a dit qu'il n'avait pas apprécié une sortie dans les médias faite par Daniel Leblond», a relaté Ghislain Laprise, coordonnateur de la campagne de sensibilisation d'Alliance forêt boréale et président du syndicat de la scierie de Résolu de La Doré.

Daniel Leblond, président du syndicat de la scierie Mistassini, n'a pas non plus apprécié le geste de Lemieux et les propos qu'il aurait tenus. «Je ne veux pas répéter ce qu'il a dit, mais je trouve ça suffisamment grave de la part d'un élu pour que j'appelle deux fois au bureau du premier ministre Trudeau pour me plaindre. Je n'ai pas eu de retour», s'insurge Daniel Leblond.

Il pense que c'est le rôle du député d'accompagner ce mouvement et de promouvoir la forêt et démontrer sa solidarité envers les travailleurs. «Nous, ce que nous demandons, c'est d'obtenir sa collaboration. On se bat, et là il nous ferme la porte au nez. On veut l'entendre sur les solutions qu'il peut apporter sur le papier surcalandré et sur les garanties de prêts que le gouvernement pourrait offrir aux entreprises forestières pour passer à travers la crise du bois d'oeuvre», ajoute-t-il.

Au bureau de Denis Lemieux, son adjoint a mentionné que le député ne voulait pas commenter cet incident et expliquer son refus d'accepter l'affiche.

Ghislain Laprise mentionne qu'il ne baissera pas les bras. «La poussière va retomber et je vais retourner pour lui laisser l'affiche. J'en ai laissé une à Karine Trudel et au ministre Luc Blanchette qui les ont acceptées. Il me reste à en remettre une à Denis Lebel et au premier ministre Couillard. Moi, je veux travailler avec toutes les parties pour défendre notre forêt et assurer le maintien des emplois.»

Alliance forêt boréale a lancé une campagne de mobilisation en distribuant des affiches un peu partout sur le territoire. Plusieurs municipalités ont installé l'affiche où l'on voit inscrit par dessus un arbre le slogan suivant: «Cultiver nos forêts pour la planète. Nous sommes la forêt ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer