De la magie sans neige à Place du Royaume

Le père Noël est arrivé samedi en début... (Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Le père Noël est arrivé samedi en début d'après-midi à Place du royaume.

Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le ciel ne recelait aucun flocon, samedi après-midi, et la météo, sise entre deux saisons, n'avait pas grand-chose de festif. Pourtant, des dizaines de tout-petits avaient le coeur à la fête. Ils attendaient fébrilement l'arrivée officielle du père Noël à Place du Royaume, à Saguenay.

Marc-Éric, Olivier et Anna-Rose n'affichaient pas tous le... (Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Marc-Éric, Olivier et Anna-Rose n'affichaient pas tous le même degré d'enthousiasme à l'égard du sympathique bonhomme à la barbe blanche.

Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Damien Bernier, cinq ans, a admis qu'il s'est... (Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 1.1

Agrandir

Damien Bernier, cinq ans, a admis qu'il s'est un peu chicané avec son frère pendant l'année. Bon joueur, le père Noël n'a tout de même pas exclu la possibilité de lui livrer un Batman fabriqué au Pôle Nord à temps pour le réveillon.

Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Il a fait son entrée, le bonhomme, autour de 13h, sous une pluie de rires et un tollé d'applaudissements. Les soldats de Casse-noisette qui dansaient près de la fontaine, entraînés par les cantiques d'un vaillant trompettiste, se sont énervés un peu quand le personnage a gagné le centre d'achats.

Il y a eu un effet domino et les ballons rouges et verts, préalablement remis aux bambins par Olaf et compagnie, se sont mis à s'agiter dans tous les sens. Au même moment, plein de voix aiguës se sont levées pour scander: «Père Noël! Père Noël». Le barbu, à qui les enfants vouent un très grand respect parce qu'il voit tout et entend tout et, surtout, parce qu'il est capable de beaucoup de générosité, s'est mêlé à la foule. Bien de bonne humeur, il était flanqué de la Fée des étoiles, ravissante sous son étole de fourrure blanche. Le duo est monté à bord d'un chariot bordé de peluche et a fait la tournée des grands-ducs, avant d'atteindre sa destination finale: le Royaume. C'était le début d'une longue journée pour le sympathique personnage, qui allait asseoir une pléiade de bambins sur ses genoux avant de leur demander s'ils ont été sages tout au long de l'année.

Quand il a posé cette question à Damien Bernier, le garçon de cinq ans avait la mine un peu basse. Car non, il n'a pas toujours été gentil avec ses amis de la garderie et oui, il s'est chicané avec son frère. Bon joueur, le père Noël n'allait tout de même pas laisser le spleen s'emparer du jeune homme vêtu d'un chandail de superhéros. Il s'est vite enquis de ce que Damien souhaitait recevoir en cadeau. «Un Batman», a-t-il répondu, en pointant d'un doigt fébrile l'objet de convoitise que sa maman avait pris soin de télécharger dans son téléphone cellulaire.

Magie et sucre d'orge

C'est tôt, un 12 novembre, pour parler des Fêtes, mais les enfants, eux, n'ont pas la notion du temps. Tout ce qui comptait, samedi après-midi, c'était la magie ambiante, l'odeur de barbe à papa au sucre d'orge et la voix grasse, mais enjouée, de Nicolas Noël en sourdine.

Juliette Desgagné, trois ans, de Saint-Honoré, avait la ferme intention d'offrir un gros câlin au père Noël. À condition, bien sûr, qu'il s'organise pour qu'elle reçoive son dû: un bébé. Jayden Trudel, cinq ans, a demandé des Lego et a longuement discuté avec le citoyen du Pôle Nord, sous l'oeil attendri de ses parents. Ce fut une autre histoire le moment venu d'asseoir sa petite soeur d'un an, Jessie, à l'endroit qu'il venait de laisser vacant. Cinq secondes plus tard, c'était l'hystérie.

Car voyez-vous, prendre place sur les genoux du père Noël, ce n'est pas une perspective qui réjouit tout le monde. Certains n'hésitent pas à se lancer, alors que d'autres se gardent une petite gêne. Lilia Noreau faisait partie du groupe des résolus et n'avait pas du tout l'intention de branler dans le manche. Après la courte entrevue accordée au Progrès-Dimanche, elle s'en allait voir le père Noël presto pour lui demander des Shopkins et des Trolls, entraînant avec elle son copain Henri Piette.

La bouclée Anna-Rose Fortier, quatre ans, a confié qu'elle trouve le père Noël très gentil. La fillette avait réuni assez de courage pour aller lui demander s'il pouvait, en échange de quelques biscuits et d'un verre de lait, lui laisser une poupée de la Reine des neiges et quelques bijoux sous le sapin. L'homme à la barbe blanche emprunte la cheminée pour entrer dans la maison d'Anna-Rose, a-t-elle fait savoir. Il laisse parfois des traces de neige, même si son cousin, Marc-Éric, pense que c'est de la farine. Peu importe, le père Noël a assuré qu'il sera au rendez-vous, encore cette année, pour semer des étoiles dans les yeux le jour du réveillon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer