Une unité mobile en ATM

Sous des apparences d'une remorque ordinaire, l'unité mobile... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Sous des apparences d'une remorque ordinaire, l'unité mobile de captation et de diffusion d'ATM comprend une technologie écoénergétique offrant une autonomie variant entre quatre et douze heures.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les étudiants en télévision, radio et publicité du département d'Art et technologie des médias (ATM) du Cégep de Jonquière disposent maintenant de leur propre unité mobile de captation, diffusion et production. L'outil technologique unique en raison de ses caractéristiques écoénergétiques a été développé en collaboration, entre autres, avec les départements de génie mécanique et électrique du collège.

Jusqu'à huit techniciens de production peuvent oeuvrer au... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Jusqu'à huit techniciens de production peuvent oeuvrer au sein l'unité mobile.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Vendredi, la directrice du Cégep de Jonquière, Guylaine Proulx, accompagnée de Serge Fortin, vice-président TVA Nouvelles, et Jean-François Déry, professeur de télévision en ATM, ont dévoilé le prototype de l'unité mobile développé par le Centre de recherche, de développement et d'innovation en communication du cégep dans le cadre d'un projet soumis via le créneau Transformation de l'aluminium du ministère de l'Économie, la Société de la Vallée de l'aluminium et la Fondation Asselin.

Selon les explications fournies, le prototype doté d'un châssis tout en aluminium isolé construit en collaboration avec Féricar se démarque des unités existantes sur le marché. La raison est que l'unité mobile peut être opérée en complète autonomie énergétique assurée par des batteries capables d'alimenter de coûteux équipements de production (quatre K, Dejero) pendant quatre à huit heures. Pour les futurs journalistes et équipes de production, cela signifie qu'il est possible de capter des images et produire des émissions dans des lieux isolés non desservis par un réseau électrique. La directrice du cégep rappelle que sur la planète, deux milliards de personnes vivent dans des lieux isolés, dont 200 000 au Canada.

Montée sur une remorque fermée et isolée, l'unité mobile possède l'avantage d'être compacte en plus de disposer d'un système de climatisation et de chauffage alimenté aussi par des batteries. «Nous avons calculé qu'avec deux systèmes de batterie quatre K, nous sommes à 42% de la charge, ce qui nous permet de diffuser pendant huit heures d'affilée», explique le professeur Déry.

En marge de la conférence de presse, Gilbert Fortin, consultant au projet et président de Rec4box, un concepteur d'unités mobiles vendues à des réseaux de télévision partout en Amérique du Nord, a indiqué que le prototype du Cégep de Jonquière représente un potentiel de commercialisation intéressant. «On s'est associés au projet pour la capacité de commercialiser une telle unité mobile pouvant oeuvrer avec plusieurs caméras. Actuellement, pour une production comme un match de hockey, on utilise l'énergie d'un poêle électrique. Eux amènent les mobiles à un plus haut niveau», affirme-t-il.

Au moment où le marché télévisuel explose sur les plateformes de diffusion Web, entraînant une forte demande pour du contenu, l'industrie de la télévision a besoin d'équipements compacts et autonomes. «Les diffuseurs qui se promènent avec des mobiles d'une longueur de 54 pieds doivent transporter avec eux une centrale électrique. Transporter des équipements à travers différents États sur de longues distances avec de lourds véhicules coûte cher. Une ville comme New York interdit de circuler avec de telles remorques. Ici, ce sont des batteries qui alimentent les équipements. C'est le grand avantage», affirme M. Fortin.

À la suite de la finalisation des phases de faisabilité et de production, l'unité mobile sera mise à la disposition des enseignants d'ATM afin de tester certains équipements dans un cadre pédagogique.

Guylaine Proulx, directrice générale du Cégep de Jonquière;... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Guylaine Proulx, directrice générale du Cégep de Jonquière; Serge Fortin, vice-président TVA Nouvelles et sports, et Jean-François Déry, chargé de projet et enseignant en télévision en ATM, ont inauguré le prototype d'unité mobile.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Une formation à la fine pointe

Serge Fortin, vice-président chez TVA Nouvelles et TVA Sports, croit que le Cégep de Jonquière n'a pas le choix de se maintenir à la fine pointe du développement technologique en matière télévisuelle puisque tout évolue à une vitesse fulgurante.

«Nous sommes contents d'appuyer ce projet à hauteur de 100 000$ afin de préparer les étudiants à vivre des situations qui se rapprochent le plus possible des situations réelles du marché du travail.»

Il a cité en exemple les événements tragiques du Bataclan survenus il y a tout juste un an à Paris. L'évolution technologique a permis le lendemain de dépêcher en France un journaliste doté d'un simple iPhone et de la technologie Dejero et de diffuser des reportages de qualité. «Avoir de tels outils pour la formation des étudiants constitue un privilège», affirme M. Fortin.

Ce dernier a vanté la qualité de la formation offerte par le département d'ATM du Cégep de Jonquière en affirmant que TVA embauche présentement 70 personnes formées à Jonquière.

Outre Québecor, la Société de la Vallée de l'aluminium et la Fondation Asselin ont contribué financièrement au développement du prototype.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer