Quel impact ici?

Des lingots d'aluminium... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Des lingots d'aluminium

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Quotidien s'est entretenu avec deux professeurs de sciences économiques à l'Université du Québec à Chicoutimi afin de connaître leur avis sur l'effet potentiel de l'élection de Donald Trump sur l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Thierno Diallo

L'industrie forestière régionale pourrait être particulièrement affectée par l'arrivée de Donald Trump à la tête des États-Unis, croit Thierno Diallo, docteur en sciences économiques de l'Université de Montréal et professeur à l'UQAC, 

« Le protectionnisme américain a toujours été un problème pour l'industrie forestière québécoise. Le secteur forestier sera plus affecté que le secteur de l'aluminium. Par contre, déjà, le discours de victoire de Trump était plus apaisé que ses discours durant la campagne. Sauf que le vent de protectionnisme souffle. Trump a promis beaucoup de barrières, notamment à la Chine, mais le Canada et le Mexique vont aussi subir un coup. »

M. Diallo s'inquiète moins pour le secteur de l'aluminium.

« Les usines d'aluminium du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont compétitives. Les multinationales présentes ont des stratégies pour ne pas qu'une telle élection leur nuise. Pour la deuxième transformation, il pourrait y avoir plus de contraintes. Donald Trump aura des compromis à faire puisque les États-Unis exportent eux aussi. On vit maintenant dans un monde globalisé. »

Marc-Urbain Proulx

« Donald Trump n'est qu'un élément problématique pour la forêt parmi d'autres », soutient Marc-Urbain Proulx, professeur à l'UQAC et économiste. 

M. Proulx énumère de nombreuses difficultés qui ont à ses yeux au moins la même importance que l'élection de Donald Trump. « La fibre qui coûte cher à cueillir, le papier venant d'autres pays - comme du Brésil où l'eucalyptus pousse beaucoup plus vite que nos forêts-, les problèmes environnementaux - dont celui du caribou forestier... Trump est un problème de plus à travers d'autres. Il y a par contre réellement un lobby aux États-Unis qui voudrait mettre une taxe spéciale sur les importations de bois. Donald Trump appuie ce lobby. »

Selon l'économiste, Trump ne fait qu'ajouter à la nécessité de demander au gouvernement canadien d'agir. « Il faut faire pression pour arrêter le protectionnisme sur le bois d'oeuvre. Notre forêt boréale touche sept régions administratives et une vingtaine de MRC. Il faudrait avoir un discours convergent des maires, des préfets et des groupes de pression. Trump, on l'a. On ne peut plus reculer à lundi. Il faut maintenant que le Canada illustre bien qu'il veut le respect des ententes commerciales. Trump a dit que la Chine ne respectait pas ses ententes commerciales et qu'il entend les lui faire respecter. Le Canada a le beau jeu de demander le même respect.

« Au-delà de la grande incertitude, je crois que l'appareil d'État américain va domestiquer les intentions de Trump, les rendre faisables et acceptables. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer