Greenpeace réclame les échanges entre PFR et des élus

Le dirigeant de Produits Forestiers Résolu, Richard Garneau.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le dirigeant de Produits Forestiers Résolu, Richard Garneau.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Greenpeace veut connaître le contenu des échanges qu'ont eu les élus de la région avec les dirigeants de Produits forestiers Résolu au cours des dernières années.

Saguenay, Alma, Dolbeau-Mistassini, Saint-Félicien et La Doré ont reçu le 7 novembre des demandes de Greenpeace pour obtenir toutes communications qui touchaient Greenpeace, Résolu et la forêt boréale.

Plus précisément, on demande toutes communications que les maires ont eues avec Richard Garneau, Yves Laflamme et Seth Kursman depuis le 1er mars 2013, toutes correspondances avec Alliance forêt boréale et tout ce qui à trait avec Greenpeace et poursuite bâillon.

Le maire de La Doré, Jacques Asselin, s'insurge contre cette tactique. « Nous allons vérifier avec les autres maires comment nous allons résister à ces démarches abusives. Je considère ces démarches comme un bâillon à l'endroit des maires de nos villages forestiers du Québec et de l'Ontario qui soutiennent Alliance forêt boréale et qui luttent pour la pérennité de leurs générations par un développement durable de leurs communautés. Nous aviserons des recours à prendre pour contrer ces attaques à notre légitimité d'expression démocratique avec nos partenaires et nos collègues », a-t-il indiqué.

À Alma, la responsable des communications, Audrey-Claude Gaudreault, a confirmé que la Ville a obtenu trois demandes distinctes et qu'elles seront soumises à la Loi sur l'accès à l'information.

À Saguenay, deux demandes ont été faites. Une pour les échanges de correspondance et une sur la cession du terrain à La Baie. « Ce n'est pas encore signé pour le terrain. De toute façon, je ne pense pas qu'il soit possible d'avoir accès à des communications qui proviennent du cabinet », a mentionné le responsable des communications Gilbert Fortier.

Les autres maires concernés n'ont pas voulu commenter cette demande de Greenpeace.

Cette requête coïncide avec une offensive menée par un autre groupe environnementaliste, Canopy, qui orchestre une campagne pour empêcher la foresterie dans la forêt boréale.

Une demande d'explication a été demandée à Greenpeace par courriel. La responsable des communications n'a pas fourni les raisons de cette demande particulière. 

« Chaque année, Greenpeace entreprend des dizaines, sinon des centaines, de demandes d'accès à l'information. Dans les cas où nous recevons de l'information qui est dans l'intérêt public, nous rendons cette information publique. Soyez assuré que nous vous inclurons dans l'envoi des informations que nous rendrons publiques. En tant que journaliste, vous partagez sans doute l'opinion que le libre accès à l'information des élus est la pierre angulaire d'une société libre et démocratique », a écrit Marie Moucarry.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer