Léger regain de l'immobilier au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Après trois ans de baisse ou de stagnation du nombre des ventes d'habitation au... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après trois ans de baisse ou de stagnation du nombre des ventes d'habitation au Saguenay-Lac-Saint-Jean, voilà que le marché immobilier connaît un léger regain depuis mai 2016.

Au cours des douze derniers mois, 2432 maisons ont été vendues dans la région, soit une hausse de 2,5 % par rapport aux douze mois précédents. Le prix de vente médian a toutefois diminué de 1,1 %, pour s'établir à 156 940 $.

« Les ventes ont repris un peu à partir du milieu de l'année 2016, après une légère baisse pendant les 12 mois précédents. On sent un petit regain, même si octobre est un peu plus décevant, explique Joanie Fontaine, économiste chez JLR, une firme spécialisée dans l'analyse du marché immobilier. La reprise se fait dans l'ensemble du Québec, mais est plus tardive au Saguenay-Lac-Saint-Jean que dans les grands centres. »

Depuis octobre 2012, le nombre de maisons vendues par trimestre avait été constamment en baisse au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mise à part une très légère augmentation pour un trimestre, en 2014. C'est la première fois depuis 2012 que l'analyse des données immobilières permet d'observer une reprise du marché.

« Le fait que la reprise soit survenue un peu plus tard est commun aux régions plus éloignées qui font face à un vieillissement de la population, voire à une diminution de la population. Les perspectives démographiques ont un impact important sur le marché immobilier », rapporte Mme Fontaine.

Le prix médian de vente des maisons a augmenté entre le deuxième et le troisième trimestres 2016, une première depuis le 2e trimestre 2014.

Les nouvelles exigences hypothécaires imposées par le gouvernement fédéral, qui visent à assurer la capacité de l'emprunteur à rembourser son hypothèque à un taux d'intérêt plus élevé, pourraient toutefois faire diminuer le nombre de nouveaux acheteurs dans les prochains mois. Conséquemment, la « reprise » pourrait être de courte durée. « On ne veut surtout pas d'une bulle immobilière. Parfois, un ralentissement est une bonne chose. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, on parle d'un marché assez stable, même si le nombre de ventes est définitivement moins élevé qu'en 2012 et 2013 », constate Joanie Fontaine. Le meilleur trimestre de 2013, par exemple, a permis à 781 vendeurs de se départir de leur propriété, alors que seulement 610 ventes ont été effectuées lors du meilleur trimestre de 2016.

Ces données sont tirées du site Internet de JLR, qui répertorie chacun des actes de vente publiés au Québec, peu importe que la vente soit faite par un agent ou non.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer