DG d'Héberville: pas congédié, mais plus de salaire

Doris Lavoie, mairesse d'Hébertville.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Doris Lavoie, mairesse d'Hébertville.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le DG d'Hébertville, René Perron, n'a pas été congédié, mais la municipalité ne lui verse néanmoins plus de salaire, ont assuré les membres du conseil lundi soir en séance publique.

Une rencontre de conciliation est prévue le 25 novembre pour régler le dossier. Le conseiller Marc Richard, la mairesse Doris Lavoie ainsi que l'avocat de la municipalité seront présents pour la séance de conciliation devant le ministère du Travail.

Kathy Fortin, la directrice générale adjointe, assurera l'intérim jusqu'au moment où le poste sera comblé. Aucun affichage n'a encore été fait.

«Le dossier est entre les mains d'une conciliatrice et je ne répondrai à aucune question», a d'abord affirmé la mairesse. La citoyenne Christine Gagnon a néanmoins posé plusieurs questions à ce sujet. «On dirait que l'on a de la misère avec nos dg», a-t-elle constaté. Le dernier dg du Mont-Lac-Vert, avant celle actuellement en poste, est demeuré... 15 jours. «Le problème pour le dg du Mont-Lac-Vert était la conciliation travail-famille. Mais le processus est rigoureux lorsque l'on embauche un DG. Il y a des tests, des prises de références, une enquête de la Sûreté du Québec», a expliqué Marc Richard. Lorsque la mairesse a mentionné ne pas pouvoir dévoiler les informations confidentielles liées au contrat du dg Perron, plusieurs citoyens ont démontré du mécontentement. «On est liés par un code d'éthique et de confidentialité.»

René Perron était à l'emploi d'Hébertville depuis décembre 2013.

Caserne

Le dossier de la caserne de pompiers a continué d'alimenter les débats, lundi. La mairesse a expliqué que les budgets de la municipalité ne lui permettent pas de faire faire les plans en 2016 pour la construction d'une nouvelle bâtisse. «En janvier 2017, on va pouvoir. Est-ce qu'on va acheter ou bâtir? On est en train de faire nos devoirs. On va aller chercher des plans d'architecte et d'ingénierie.»

En septembre, plusieurs citoyens avaient fait connaître leur mécontentement quant à la possibilité que la municipalité achète un bâtiment appartenant à une entreprise du secteur pour en faire son éventuelle caserne de pompiers. Cette acquisition est devenue nécessaire puisqu'un nouveau camion a été acheté par la Régie incendie secteur Sud et que ce camion est trop gros pour rentrer dans la caserne actuelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer