Stratégie maritime: le ministre D'Amour confiant

Le ministre délégué aux Affaires maritimes du Québec,... (Archives Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le ministre délégué aux Affaires maritimes du Québec, Jean d'Amour, a confiance que la Stratégie maritime adoptée par le gouvernement libéral donnera des résultats probants.

Archives Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre délégué aux Affaires maritimes du Québec, Jean d'Amour, déborde d'optimisme et assure que les retombées économiques découlant de la Stratégie maritime du gouvernement libéral vont se concrétiser, au cours des prochains mois, dans les installations portuaires de Port Saguenay avec son quai de croisière à La Baie et le terminal portuaire de Grande-Anse pour tout le secteur industriel.

Le gouvernement du Québec a entre les mains une étude réalisée par l'Institut de la statistique qui confirme que la Stratégie maritime va générer des investissements privés de 1,16 milliard$ et créer 5000 emplois directs et indirects au Québec. Dans sa tournée des médias pour vendre cette stratégie, le ministre indique que les projets se trouvent dans la région de Matane, la Mauricie et d'autres s'annoncent dans la région de Sorel-Tracy.

Pour le Saguenay, qui compte deux ports industriels et un quai de croisière, Jean d'Amour admet que rien n'a encore été annoncé. Il n'y a pas eu une seule annonce pour la création d'entreprises dans la zone portuaire depuis que Québec a confirmé que Port Saguenay faisait partie de la Stratégie maritime.

«J'ai au moins deux projets sur mon bureau, dont un a été déposé la semaine dernière. Il s'agit de projets de plusieurs millions très très importants. Il y a un projet d'infrastructure et un projet industriel», a insisté à quelques reprises le ministre d'Amour pour démontrer que cette stratégie va avoir des retombées économiques dans la région.

Le ministre est demeuré tout aussi prudent quand on lui a demandé si les projets en question concernent la réalisation d'un quai de transbordement de phosphate sur la rive nord du Saguenay et l'usine de liquéfaction de gaz naturel du promoteur GNL Québec. «Je ne voudrais pas commenter des projets à la place d'un promoteur», a ajouté le ministre qui a véritablement insisté sur les deux projets dont le gouvernement a été saisi.

Le déploiement de la Stratégie maritime du Québec en est à ses débuts dans la région. Les différents groupes concernés par ce projet travaillent en ce moment à la délimitation de la Zone industrialo-portuaire, laquelle constitue l'un des éléments de cette stratégie. Québec va créer deux structures différentes avec les zones industrialo-portuaires et les pôles logistiques. La dénomination de pôle logistique est la plus avantageuse. Elle est située en général à proximité des grands centres puisqu'il s'agit de zones où il peut y avoir de vastes entrepôts pour la distribution commerciale.

L'administration portuaire de Saguenay transborde chaque année entre 300 000 et 400 000 tonnes métriques de produits. La compagnie Rio Tinto transborde pour sa part un peu plus de 3 millions de tonnes avec l'importation de bauxite et autres produits nécessaires à la production d'aluminium. Il sera intéressant de voir si les limites de la zone industrialo-portuaire de Saguenay vont englober toute la zone portuaire de La Baie, incluant le quai d'escale exploité par Promtoion Saguenay et sous la juridiction de l'administration portuaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer