Marc Asselin poursuit sa réflexion

Le maire d'Alma, Marc Asselin.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le maire d'Alma, Marc Asselin.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

« Je réfléchis présentement à demander un autre mandat parce qu'il y a encore des choses à faire. »

Marc Asselin se donne jusqu'à la fin de l'été 2017 pour consulter sa famille et faire connaître sa décision, mais il ne ferme pas la porte à l'idée de solliciter un 3e mandant à la mairie d'Alma.

Il aura encore beaucoup de pain sur la planche d'ici l'élection de 2017, avec, notamment, les festivités du 150e anniversaire d'Alma et l'organisation des Jeux du Québec.

« On va faire le travail de 2017 et je peux vous dire que c'est beaucoup de travail. Ça fait quand même huit ans que je fais beaucoup de travail et, à date, ça me réussit quand même bien », a commenté l'élu, lorsque questionné sur ce sujet.

« On a mis la ville d'Alma moderne et on l'a embelli. On a des équipements exceptionnels. Nous avons maintenu nos réparations de trottoir de rue. On a tout refait le centre-ville, en plus de la voie de contournement. Tout ça mis ensemble, le bilan est bon. Maintenant, il reste à décider si moi, dans ma vie personnelle, j'ai le goût de foncer pour un autre quatre ans et ensuite voir si la population veut bien me garder en poste. »

Le maire Asselin se décrit comme un gars d'équipe. Et il estime que celle qu'il dirige autour de la table du conseil municipal peut soulever des montagnes, surtout lorsque chacun y met du sien.

Équipe efficace

« Il y a beaucoup de compétences. On juge toujours un dossier selon sa valeur. Lorsqu'on s'emballe un peu et qu'on n'est pas prêts à trouver des solutions, on met ça de côté. On continue d'y penser et on le ramène par la suite. C'est très efficace. Moi, les résolutions que je propose, rares sont celles qui sont à 100 % pareilles lorsqu'elles sont adoptées. Il faut mettre de l'eau dans son vin. Ç'a été ma méthode de travail pendant huit ans et je pense que ça m'a rendu service. »

« On a réussi de belles choses que beaucoup disaient que l'on ne réussirait jamais. Quand j'ai dit qu'il fallait refaire le Centre Mario-Tremblay, qu'il était usé à la corde et qu'il était fini, on s'est remis sur le piton. On a même réussi à avoir un bassin supplémentaire en natation pour les jeunes enfants. Et ça n'a pas augmenté d'un seul pourcentage le taux de la dette », a-t-il poursuivi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer