Piéton décédé: la thèse du délit de fuite la plus plausible

Simon Paquette, 17 ans, est mort dans des... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Simon Paquette, 17 ans, est mort dans des circonstances tragiques.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

La Sûreté du Québec tente toujours d'élucider les circonstances entourant le décès de Simon Paquette. Le jeune de 17 ans a rendu l'âme après avoir été heurté de plein fouet entre 19h30 et 20h, mardi soir, en bordure de la route régionale, à Saint-Prime. Tout indique que l'adolescent a été victime d'un délit de fuite. «C'est la thèse la plus plausible», mentionne le sergent Jean Tremblay, porte-parole de la Sûreté du Québec.

«D'autres hypothèses sont sur la table, nous n'écartons rien, à l'heure actuelle. Des informations sont rentrées tout au long de la journée. Nos policiers sont à procéder à des vérifications, l'enquête suit son cours.»

L'adolescent a été secouru par un automobiliste qui l'a aperçu, gisant au sol.

La petite communauté de Saint-Prime était sous le choc, lorsque son décès a été rendu public.

Mercredi matin, les gens qui demeurent près de la scène de l'accident disaient avoir eu connaissance de ce qui s'était produit seulement lors de l'arrivée des secours. Bien peu de témoins ont été en mesure d'éclairer les policiers sur ce qui s'est véritablement produit.

«Nous avons vécu des émotions! Nous avons entendu un bruit sourd. Ç'a fait boum! Je pensais que c'était peut-être une porte d'auto qui se fermait fort. Il y a beaucoup de bruit ici. Mais à un moment donné, nous avons vu les flashs des voitures des policiers et le jeune homme était étendu sur le bord de la route. Nous ne sommes pas sortis à l'extérieur. Le policier est venu nous rencontrer et les enquêteurs vont revenir ce matin (hier)», a témoigné Pauline Perron. La Primoise demeure en face de l'endroit où la collision a eu lieu, soit au 430, rue Principale.

Réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, les messages de sympathies se comptent par dizaines, tant sur la page Facebook du jeune que celle de sa mère. Simon Paquette avait beaucoup d'amis. Son décès prématuré a semé l'indignation et la consternation.

Klaudie Girard y est allée d'une lettre poignante à l'intention du conducteur. Celle-ci a été partagée des centaines d'internautes.

«Peut-être que ce n'était pas voulu? Peut-être que tu avais bu? Peut-être que tu avais consommé? Peut-être que tu textais au volant? Peut-être cherchais-tu à changer la chanson qui jouait sur ton radio, ou peut-être même que tu ne t'en es même pas aperçu. [...] j'aimerais comprendre ce qui t'a poussé à t'enfuir. Est-ce parce que tu as paniqué? Tu avais peur? Tu étais en état de choc, peut-être, ou croyais-tu que c'était un animal que tu avais heurté là? Aucune de ces raisons n'est valable, c'est certain, mais je me dis qu'un jour nous comprendrons.

«Mon père m'a souvent répété que tout finit toujours par se savoir dans la vie. Un jour, à moins bien sûr que tu sois un être incroyablement inhumain, dépourvu de conscience et de morale, un jour tu ne pourras plus vivre avec ta faute. Peut-être que ça prendra quelques jours, quelques mois ou des années. Le temps seul pourra nous le dire, mais j'ai confiance que la vérité éclatera un jour, parce que tout finit toujours par se savoir dans la vie. Mon père a raison.»

De son côté, Jimmy Tremblay y est allé d'un message émouvant pour son ami.

«Ce matin est la journée la plus triste de ma vie. Je dois dire au revoir a un de mes meilleurs amis, pas seulement un ami, mais un frère! Se réveiller avec cette nouvelle ce matin quand hier encore on rigolait jusqu'à ce que j'aille te porter chez toi vers 18h... Je ne réalise pas encore ce matin que tu seras plus là pour faire le reste du chemin avec nous. Tu resteras toujours dans mon coeur, je t'aime fort mon ''bro'', je t'oublierai jamais ''one love'' tu étais un vrai un frère...»

Quant à Justine Girard, elle a demandé au conducteur de se rendre aux autorités. «Un délit de fuite qui cause la mort d'un gars de 17 ans en pleine santé et qui avait l'air tellement heureux, gentil... Rends-toi cher personne. Juste pour soulager ses parents et amis et pour prendre les responsabilités de ton geste tout simplement dégueulasse.»

La vitesse et l'éclairage dénoncés par le maire Boivin

Le non-respect de la limite de vitesse à l'entrée sud du village de Saint-Prime et le manque d'éclairage dans le secteur où le jeune Simon Paquette a été heurté de plein fouet sont vivement critiqués par le maire, Lucien Boivin.

L'élu Primois reconnaît que la pluie survenue mardi soir est un autre élément qui a possiblement été en cause dans la tragédie.

Il entend néanmoins interpeller le ministère des Transports du Québec (MTQ) sur les autres facteurs qu'il déplore.

«Le jeune Paquette était au mauvais endroit, au mauvais moment. Le conseil municipal était réuni en même temps et nous avons eu une forte ondée de pluie. L'éclairage est déficient dans ce secteur alors ça n'a sûrement pas aidé. Nous essayons d'ajouter un lampadaire par année sur cette voie-là», mentionne le maire de Saint-Prime, chagriné par les événements.

«La vitesse est basée à 80 kilomètres à l'heure et les automobilistes ne respectent pas ce qui est spécifié sur les panneaux. Nous avons sensibilisé à maintes reprises la Sûreté du Québec sur ce sujet. Il y a quatre voies à cet endroit et nous avions la même problématique près de l'entrée et la sortie de Mashteuiatsh. Ça devenait une piste de course et nous avons fait rétrécir la chaussée», affirme l'élu.

Lucien Boivin entend surveiller de près ce qui découlera de l'enquête policière actuellement en cours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer