Les retraités de RTA invités à se regrouper

Aluminerie Arvida de Rio Tinto Alcan.... (Archives Le Quotidien, Normand Boivin)

Agrandir

Aluminerie Arvida de Rio Tinto Alcan.

Archives Le Quotidien, Normand Boivin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les retraités membres du Régime agréé de pension Rio Tinto Alcan (Québec RAPRTA) disposent désormais d'une association veillant aux intérêts des ex-syndiqués de la multinationale afin de mieux défendre les intérêts des bénéficiaires et de les informer sur les différents enjeux face à l'avenir.

Les retraités syndiqués auront l'occasion de participer à la première assemblée générale qui se déroulera jeudi après-midi à 13 h 30 à l'hôtel Delta de Jonquière. Cette assemblée permettra aux organisateurs de sonder l'intérêt des retraités et surtout de jeter les bases de ce regroupement qui compte un grand nombre de membres potentiels au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon Denis Lepage, ex-travailleurs de la multinationale qui a terminé sa carrière comme conseiller syndical chez Unifor, les gens ont intérêt à se regrouper pour participer l'information de premier plan en lien avec la gestion des caisses de retraite.

Les défis du régime de retraite sont quand même importants au cours des prochaines années. Dans le cas spécifique de Rio Tinto, le RAPRTA compte 6447 retraités et bénéficiaire et 2359 cotisants. Ces chiffres tiennent des travailleurs de tout le Québec, mais une majorité habite dans la région puisque les opérations de l'entreprise étaient concentrées au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec des usines de moindre importance à Shawinigan et Beauharnois.

« Nous invitons tous les retraités syndiqués et les bénéficiaires du régime de retraite RAPRTA à assister à cette première assemblée qui sera celle de fondation. On pourra alors adopter nos statuts et règlements et choisir les dirigeants pour les prochains mois », a ajouté Denis Lepage.

Les ex-travailleurs, cadres et syndiqués, de la papetière Résolu ont formé une association semblable. Leur regroupement a permis aux travailleurs d'avoir un interlocuteur de premier plan lorsque l'entreprise a été l'objet d'une restructuration financière. L'association a forcé la négociation d'une entente spécifique entre le gouvernement du Québec et Résolu pour éviter que les retraités ne fassent les frais de la restructuration devant les tribunaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer