Chicoutimi perd un grand bâtisseur, Marcel Claveau

Marcel Claveau est décédé d'une brève maladie à... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Marcel Claveau est décédé d'une brève maladie à l'âge de 94 ans.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'arrondissement de Chicoutimi vient de perdre l'un de ses grands bâtisseurs et bénévoles à la suite du décès, vendredi, à l'âge de 94 ans, du notaire Marcel Claveau.

Avantageusement connu dans les milieux sportif, culturel, d'affaires et politique, le nom du notaire Claveau, mort des suites d'une brèves maladie, a été étroitement associé aux Jeux du Québec de 1972 et la création subséquente de la Fondation Timi, financée à même les surplus de 103 000 $ découlant de la tenue de l'événement sportif estival. M. Claveau a été actif à titre d'administrateur de la fondation pendant plus de deux décennies.

Invité à parler de son père, le notaire Hubert Claveau affirme qu'il a été un grand bâtisseur et un homme d'une grande générosité tout au long de sa vie en plus d'être un fier bénévole. «Je suis très fier de poursuivre le travail au cabinet de notaire auquel il s'est associé en 1968 avec Jean-Paul Collard.»

M. Claveau, fils, affirme que son père a toujours démontré un grand esprit de combativité dans ce qu'il entreprenait. «Lorsqu'il a bâti le 54 Racine en 1996, tout le monde le trouvait un peu fou de se lancer dans ce projet à 74 ans», mentionne M. Claveau. Son implication au début des années 80 au sein de l'organisation des Jeux du Canada, à titre de vice-président, en appui au président Roland Gauthier, le recrutement de 112 gens d'affaires en 1970 ayant accepté de débourser 1000 $ du couvert pour un repas destiné à mettre en place les assises de la Fondation Mgr Victor-Tremblay, la rénovation du Colisée de Chicoutimi (aujourd'hui le Centre Georges-Vézina) sont toutes des réalisations portant la signature de Marcel Claveau.

Compagnon de la première heure à la Fondation Timi, Jean Laflamme décrit Marcel Claveau comme un homme ayant eu une très grande vision de l'avenir. «Après les jeux Timi, il avait livré une bataille épique avec le conseiller municipal Léo Favre et l'administration du maire Henri Girard qui souhaitait s'accaparer les surplus des jeux», se remémore M. Laflamme.

«C'était un gars d'une générosité incroyable et un excellent solliciteur. Il y a tout juste quatre mois, il est venu faire une présentation à la Fondation Timi. Il nous disait tout le temps qu'il fallait garder l'argent pour le redistribuer aux athlètes et aux artistes.»

M. Laflamme a en mémoire de nombreuses anecdotes concernant le notaire Claveau, entre autres, avec la tenue les lundis des réunions du Club des 21, un club informel composé de gens d'affaires sensés venir en aide aux Clubs 4-H.

Parmi les regrets du notaire aujourd'hui décédé, M. Laflamme affirme que son ami avait eu beaucoup de peine à voir que Chicoutimi perdrait son nom à la suite de la fusion municipale de 2002.

Les funérailles du notaire Claveau auront lieu vendredi matin à la chapelle de la Résidence funéraire Gravel et fils, de la rue Bégin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer