Soixante nouveaux citoyens canadiens

Koko Dosseh affiche sa joie de nouveau citoyen... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Koko Dosseh affiche sa joie de nouveau citoyen avec sa fille Auriane.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Que ce soit pour poursuivre un mode de vie découvert durant des études, trouver un travail ou offrir un avenir à leurs enfants, les 60 nouveaux citoyens du Canada avaient tous une bonne raison de se réjouir, jeudi après-midi, lors de la cérémonie d'assermentation à la Réserve navale de Chicoutimi.

Après son diplôme de doctorat en ingénierie à... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay) - image 1.0

Agrandir

Après son diplôme de doctorat en ingénierie à l'UQAC, Reham Hefny peut tenir fièrement son certificat de citoyenne canadienne.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Ces immigrants proviennent d'une vingtaine de pays différents et habitent le Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis déjà quelques années, pour la plupart. Égyptienne d'origine, Reham Hefny a d'abord suivi son mari il y a huit ans avec leur plus vieux fils, qui a aussi obtenu sa citoyenneté jeudi. Elle a complété son doctorat à l'Université du Québec à Chicoutimi en ingénierie mécanique en 2013. Le couple a eu deux autres garçons, nés au Canada.

«Je suis très contente. On aime notre vie ici, c'est une belle vie. Il y a beaucoup de liberté. Je voulais pouvoir continuer de travailler ici», confie-t-elle.

Pour Koko Dosseh, établi depuis cinq ans à Dolbeau-Mistassini et travaillant dans une scierie, le Canada était la meilleure option pour «donner une chance» à sa fille Auriane. «C'était plutôt long comme processus», admet-il.

Même chose pour cette famille franco-russe recomposée, qui habite Saint-Honoré. «En Europe, quand on regarde ce qui passe dans l'actualité, c'est plutôt sombre. On ne voit pas d'avenir pour nos enfants. Le Canada n'est pas un pays parfait, ça n'existe pas, mais au moins ils ont une chance de réussite», déclare le père qui préfère rester anonyme. Les quatre jeunes sont tous aux études supérieures ou sur le marché du travail.

La cérémonie bilingue était présidée par la juge de citoyenneté Myriam Taschereau, qui a salué le courage et la ténacité des immigrants avec enthousiasme. «La patrie s'enrichit grâce à vous, qui contribuez à sa diversité et au multiculturalisme. Vous êtes tous invités à garder votre culture et vos traditions pour que nous apprenions chaque jour des uns et des autres.»

Tous ont juré sur un livre saint ou prononcé un serment solennel. Ils ont même chanté l'hymne national, avec un peu moins d'assurance toutefois. Le représentant du député libéral Denis Lemieux, Pierre Audi, le caporal de la Gendarmerie royale canadienne, Langis Lemieux, et le capitaine de corvette Yannick Bisson, commandant du Navire canadien de Sa Majesté Champlain, étaient aussi présents et ont donné un petit cadeau aux nouveaux citoyens.

«Beaucoup d'opportunités s'offrent à vous maintenant. Bienvenue au Canada!» a déclaré ce dernier.

Une cérémonie de ce genre a normalement lieu chaque année, mais pas toujours au même endroit. Le lieu est choisi pour montrer un bel exemple de la société canadienne. Il n'a pas été possible de savoir si des réfugiés participaient à l'événement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer