Un seul service incendie au Bas-Saguenay

Les maires Hervé Simard (Ferland-et-Boilleau), Rémi Gagné (Rivière-Éternité),... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les maires Hervé Simard (Ferland-et-Boilleau), Rémi Gagné (Rivière-Éternité), Lucien Martel (L'Anse-Saint-Jean), Ginette Côté (Petit-Saguenay) et Pierre Deslauriers (Saint-Félix-d'Otis) ont procédé à la signature du protocole d'entente qui donnera naissance à un seul et unique service de pompiers pour l'ensemble du territoire.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Cinq municipalités du Bas-Saguenay unissent leurs équipements et ressources humaines en matière de lutte aux incendies en créant la Régie intermunicipale de sécurité du Fjord.

Jeudi, les maires Lucien Martel (L'Anse-Saint-Jean), Ginette Côté (Petit-Saguenay), Rémi Gagné (Rivière-Éternité), Pierre Deslauriers (Saint-Félix-d'Otis) et Hervé Simard (Ferland-et-Boilleau) ont procédé à la signature du protocole d'entente qui donnera naissance à un seul et unique service de pompiers pour l'ensemble du territoire. Le siège social de la nouvelle régie sera installé à Rivière-Éternité.

Lucien Martel assumera la présidence du conseil d'administration de la régie formé de deux élus de chaque municipalité. Il a expliqué qu'il est très difficile actuellement pour chacune des municipalités de se conformer au schéma de couverture de risque de la MRC du Fjord-du-Saguenay en raison des coûts élevés que génèrent l'entretien et le renouvellement des équipements, la formation des pompiers, les frais administratifs, etc. « Il y a certains endroits sur le territoire où on n'est pas conformes et capables de bien desservir nos citoyens », déclare le maire anjeannois.

Dès que le ministère des Affaires municipales aura donné son aval au protocole signé, tous les équipements que possèdent les municipalités concernées tomberont sous la gestion de la nouvelle régie intermunicipale qui aura la responsabilité d'en assurer le bon fonctionnement. Il en va de même pour l'engagement, la rémunération, la formation, l'entraînement et la gestion du personnel. Seules les casernes demeureront la propriété des municipalités.

M. Martel a expliqué que l'avantage d'une telle entente échelonnée sur dix ans et renouvelable aux cinq ans est que le nouveau service incendie formera une seule brigade et force de frappe de 75 pompiers qui pourra être présente en déploiement dynamique lorsque des sinistres surviendront dans l'une ou l'autre des municipalités signataires. Le nouveau service sera sous l'autorité d'un directeur aux incendies dont le poste sera ouvert.

Pour ce qui est du financement de la régie, M. Martel prévoit que chaque municipalité paiera sa quote-part en fonction de trois critères soit la richesse foncière uniformisée, sa population et le risque à protéger. En fonction de ces critères, certaines municipalités paieront peut-être un peu plus, comme L'Anse-Saint-Jean et Saint-Félix-d'Otis, alors que d'autres verront leur facture descendre, mais M. Martel ne prévoit pas qu'il s'agira de variations importantes. Le budget de la nouvelle régie devrait être aux environs de 400 000 $ la première année. Il est à prévoir que des sommes devront être investies afin d'effectuer certaines mises à niveau tant sur le plan des ressources humaines que des équipements.

Les maires présents, ainsi que le préfet de la MRC, Gérald Savard, ont souligné que l'entente était le fruit d'un grand esprit de concertation.

Pour le chef des incendies de Rivière-Éternité, Daniel Gagné, l'entente ne peut qu'apporter des avantages d'autant plus qu'en territoires ruraux, les temps d'intervention pour se rendre sur le lieu d'un sinistre sont plus longs en raison des distances à parcourir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer