En bref

Texte: Les policiers de Saguenay ont arrêté trois... (Photo courtoisie)

Agrandir

Texte: Les policiers de Saguenay ont arrêté trois occupants d'une maison de la rue Sainte-Cécile, à Jonquière, mercredi matin, lors d'une perquisition d'une valeur de 4000$.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Perquisition

Les policiers de Saguenay ont arrêté trois occupants d'une maison de la rue Sainte-Cécile, à Jonquière, mercredi matin, lors d'une perquisition d'une valeur de 4000$. Les trois jeunes hommes arrêtés, nés en 1995, 1996 et 1997, ont été libérés. La date de leur comparution n'était pas encore connue au moment de l'entrevue avec le sergent Bruno Cormier, de la Sécurité publique de Saguenay. L'enquête a été initiée par les Projets spéciaux, un groupe d'enquêteurs dédiés à la lutte aux stupéfiants et au tabac de contrebande. «Ils ont saisi 329 grammes de cannabis d'une valeur de 3290$, 1,5 gramme de cocaïne, 52 grammes de haschich, 7,5 millilitres d'huile de haschich, 350 grammes d'une poudre inconnue que nous allons faire analyser, 350 millilitres de GHB et deux armes prohibées.» Bruno Cormier n'a pu spécifier si les trois hommes étaient connus des policiers. Ils pourraient faire face à des accusations de possession de drogue à des fins de trafic et de possession d'armes prohibées, une des deux armes étant un poing américain.

Subvention à la STS

(Denis Villeneuve) - Les députés de Roberval et Dubuc, Philippe Couillard et Serge Simard, ont annoncé l'octroi d'une aide financière de 628 057 $ à la Société de transport du Saguenay. Cette somme versée dans le cadre du Programme d'aide au développement du transport collectif découle du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques et est financée par le Fonds vert. L'investissement accordé permettra à la Société de transport du Saguenay de moderniser, améliorer et développer son réseau de transport en commun.

Preuve altérée

Selon Radio-Canada, des preuves déposées par l'avocate de l'auteur saguenéen Maxime Roussy auraient été altérées. Un expert en informatique, appelé par la défense, a dû admettre que les séances de clavardage qu'elle avait présentées en preuve avaient été modifiées. L'auteur a 11 chefs d'accusation de nature sexuelle qui pèsent contre lui alors qu'il aurait entretenu une relation avec une admiratrice mineure. Il l'aurait notamment initiée au sadomasochisme. Le procès se déroule au Palais de justice de Montréal. Les plaidoiries auront lieu jeudi devant la juge Dominique Joly.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer