• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > Intervenants spirituels dans les hôpitaux: une pétition de 7643 noms, en vain 

Intervenants spirituels dans les hôpitaux: une pétition de 7643 noms, en vain

La PDG du CIUSSS, Martine Couture... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

La PDG du CIUSSS, Martine Couture

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Une pétition de 7643 signatures a été déposée aux membres du conseil d'administration du CIUSSS pour réclamer le rétablissement des services des intervenants spirituels dans les hôpitaux et CHSLD de la région. La PDG Martine Couture a cependant mentionné que la décision ne changerait pas.

Lynn Brie, de l'APTS, a questionné le conseil... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 1.0

Agrandir

Lynn Brie, de l'APTS, a questionné le conseil d'administration sur l'implantation du projet Optilab.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Normande Dallaire, qui représente les équipes locales de pastorale, a déposé la pétition mardi en rappelant que les gens meurent à toute heure du jour et de la nuit et que les gens ont le droit de pouvoir se confesser et de recevoir les derniers sacrements.

La démarche des équipes pastorales est appuyée par l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS). Présente à la séance du conseil, Lynn Brie a rappelé que le code d'éthique du CIUSSS prévoit, à l'article 3.5.4, que «tout usager a droit au respect de ses valeurs spirituelles et qu'il a le droit de recevoir les services reliés à ses croyances lorsque cela est possible».

«Au cours des trois dernières années, on a sabré dans le nombre d'heures de travail des intervenants et aboli le service de garde à plusieurs endroits de sorte qu'on doit avoir recours aux services bénévoles des curés, qui ont déjà plusieurs paroisses à soutenir. On demande de reconsidérer cette décision et d'ajouter le service de garde», a-t-elle demandé.

La PDG Martine Couture a mentionné que la décision ne serait pas changée et que l'offre de service est complète et adéquate partout sur le territoire. Normande Dallaire n'a pas été satisfaite de cette réponse et entend ajouter de la pression au cours des prochaines semaines.

Optilab

Lynn Brie de l'APTS a aussi demandé aux membres du conseil d'administration pourquoi ils n'ont pas pris la décision de ne pas implanter le projet Optilab comme le permettrait la Loi concernant l'organisation des soins et des services. «Êtes-vous mandaté seulement pour hocher la tête quant aux directives du ministère? Avez-vous un réel pouvoir décisionnel de faire la différence dans la région?», a-t-elle questionné.

La présidente du conseil d'administration, France Guay, a indiqué que le projet Optilab était une directive ministérielle qui devait être déployée partout au Québec et qu'il n'y avait pas de latitude. Elle a souligné que le système serait plus performant et améliorait les services à la population.

Répartition des rendez-vous de spécialités : le lancement du centre lundi

Le centre de répartition régional des rendez-vous de spécialités implantés à l'hôpital de Dolbeau-Mistassini va être en service le 31 octobre.

Ce nouveau service va centraliser à un même endroit les requêtes des omnipraticiens pour qu'un patient ait une consultation avec un spécialiste le plus rapidement possible et à proximité.

Pour la première phase de son implantation, les spécialités suivantes seront touchées: cardiologie, gastroentérologie, orthopédie, néphrologie, neurologie, pédiatrie, urologie, ORL et ophtalmologie.

«Ça va éviter que le patient soit laissé à lui-même et fasse les démarches lui-même. Ça va simplifier l'accès à un spécialiste et réduire le temps d'attente», a expliqué aux membres du conseil d'administration du CIUSSS le responsable de son implantation Normand Brassard.

Le médecin va faire une requête directement par un système informatique. Le personnel du centre aura la tâche de trouver un rendez-vous avec un spécialiste selon la condition clinique du patient et les délais d'attente prescrits par la condition. Évidemment, on va prioriser de trouver un rendez-vous avec le spécialiste le plus près du lieu de résidence du patient. Par contre, si un patient de Saint-Félicien peut avoir une consultation plus rapide avec un spécialiste de Chicoutimi plutôt que Roberval, il peut l'obtenir. Il peut également attendre plus longtemps pour voir un spécialiste de Roberval.

Le centre est composé de cinq employés. Dans quelques semaines, la 2e phase sera en préparation pour ajouter 10 autres spécialités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer