Un projet citoyen de dix millions $

Aline Lavoie, membre du CASC, a présenté un... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Aline Lavoie, membre du CASC, a présenté un plan du projet.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Alors que Saguenay et Produits forestiers Résolu viennent finalement de s'entendre sur la cession du terrain, le Comité pour l'avenir du site de la Consol (CASC) a présenté, mercredi soir, les grandes lignes de son projet de 10 millions$.

Environ 70 personnes étaient réunies à l'auditorium de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Environ 70 personnes étaient réunies à l'auditorium de l'école secondaire des Grandes-Marées.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Plan du projet de développement et de mise... (Photo courtoisie) - image 1.1

Agrandir

Plan du projet de développement et de mise en valeur.

Photo courtoisie

Environ 70 personnes, en incluant les membres du comité, avaient pris place à l'auditorium de l'école secondaire des Grandes-Marées, à La Baie.

Les membres du CASC ont présenté leur projet en indiquant qu'il répond à trois axes essentiels identifiés au fil des six ans d'existence du comité, soit l'accès public, l'interprétation historique ainsi que l'aspect sportif (pêche et sports nautiques et terrestres).

Il y aurait ainsi un pavillon d'accueil, une rampe de mise à l'eau, un quai avec brise-lames pour les bateaux de pêcheurs, des sentiers pédestres, une piste cyclable, une tour d'observation sans oublier du stationnement pour les automobiles. Le site comprendrait également trois bâtisses servant aux entreprises privées partenaires du projet.

Une place au privé

En avril dernier, le CASC avait fait un appel public aux entreprises privées pour qu'elles se joignent au projet. Cet appel a été bien entendu puisque pas moins de huit partenaires ont été présentés, mercredi soir, qui touchent notamment la pêche blanche, le kite-surf, la motoneige et la voile. Selon Aline Lavoie, qui a fait la présentation bien appréciée par les citoyens présents, «le concept d'une infrastructure administrée par un OBNL, mais exploitée par l'entreprise privée, offre une flexibilité et des opportunités pour le développement économique et facilite sa prise en charge.»

Mme Lavoie a ajouté qu'elle aimerait voir l'ouverture officielle en 2018. Une rencontre a eu lieu en septembre avec le ministère du Tourisme.

Un enjeu électoral, croit François Tremblay

«Le projet du CASC risque fort d'être un enjeu électoral lors de la prochaine élection.»

C'est ce que croit François Tremblay, le seul conseiller municipal de La Baie qui était présent, mercredi soir, lors de la séance d'information publique.

Le président de l'arrondissement de La Baie déplorait notamment l'absence de son homologue Luc Boivin, même si le terrain de la Consol se trouve en bonne partie dans son district, redécoupé en vue de la prochaine élection.

Du côté du CASC, ses membres ont reconnu qu'ils n'avaient aucune assurance que Saguenay allait retenir leur travail. «On n'a pas d'entente écrite formelle avec Saguenay pour réaliser le projet. Mais la Ville nous supporte, car le plan du terrain présenté ce soir a été entièrement préparé par les services techniques de Saguenay. Est-ce qu'il pourrait y avoir un revirement complet? On ne croit pas que ça pourrait arriver», a répondu Carol Gagné du CASC, à la suite d'une question d'un citoyen inquiet des intentions réelles de la Ville.

Interrogé après l'assemblée, le président du CASC, Éric Tremblay, croit que ce qui fera le succès de leur projet est que le comité ne s'est jamais associé politiquement avec personne pour faire avancer les choses. «Cette neutralité-là fait la richesse du comité», a-t-il mentionné.

Le président a aussi mentionné que la restructuration prochaine du comité en organisation à but non lucratif permettra d'aller chercher jusqu'à 80% du montant total en subvention alors que Saguenay serait limitée aux deux tiers du financement.

Éric Tremblay a communiqué avec François Tremblay pour tenter de mettre la main sur l'entente entre PFR et Saguenay pour voir si les garanties exigées par PFR sur l'utilisation citoyenne du terrain sont bien présentes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer