8048 noms pour l'Usine Vaudreuil

Le citoyen Pierre Charbonneau a remis une pétition... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Le citoyen Pierre Charbonneau a remis une pétition contenant 8048 noms au patron de Rio Tinto, Gervais Jacques.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le grand patron de Rio Tinto dans la région, Gervais Jacques, a été «personnellement touché» par le dépôt de la pétition de 8048 noms en appui au projet d'aménagement d'un nouveau site d'entreposage des résidus de bauxite de l'Usine Vaudreuil.

Cette initiative du citoyen d'Arvida Pierre Charbonneau a été lancée le 21 août. Les deux hommes ont pu échanger durant un moment, mardi matin, au Centre analytique du Complexe Jonquière, lors de la remise du volumineux document. Quelques employés sont aussi venus y assister.

«Sur 26 années de carrière chez Rio Tinto, j'en ai passé 15 en lien avec l'Usine Vaudreuil. Elle compte des travailleurs vraiment dévoués. Le fait qu'un citoyen prenne le temps de les appuyer comme ça, bravo, c'est un geste formidable. Ça envoie un signal clair pour l'acceptabilité sociale de ce projet porteur d'avenir», a confié le directeur exécutif des opérations Atlantique Aluminium, très fier.

Les signataires de la pétition «Oui au projet Vaudreuil 2022» ont eu jusqu'au 7 octobre pour se manifester. Les Jonquiérois ont répondu à l'appel en plus grand nombre. La participation pour le format papier a été beaucoup plus importante que pour la version en ligne, alors que plusieurs commerces affichaient le document.

«Au début, je pensais amasser entre 5000 et 10 000 signatures, alors on est amplement dedans. Si des bénévoles avaient fait de la sollicitation en même temps, on aurait pu aller chercher jusqu'à 25 000 personnes facilement», croit Pierre Charbonneau.

Le projet Vaudreuil au-delà de 2022 permettrait de préserver un millier d'emplois. Il vise à prolonger la durée de vie de l'usine, puisqu'elle ne pourra pas poursuivre ses opérations, selon Rio Tinto, quand l'actuel site de boues rouges atteindra sa pleine capacité. Selon les plans, celui-ci sera agrandi, puis restauré lorsque le nouveau site sera développé. Son emplacement est prévu dans le boisé Panoramique.

«C'est un projet structurant et important pour nous. On continue de travailler avec la communauté», poursuit Gervais Jacques. Rio Tinto avait invité ses employés à signer la pétition, mais M. Charbonneau estime que ce «léger» apport s'est mélangé avec l'engouement général.

Le comité Citoyens pour un Vaudreuil durable (CVD), qui s'oppose au lieu projeté du nouveau site d'entreposage, n'a pas voulu commenter le dépôt des signatures. C'est d'ailleurs pour donner un point de vue économique en contrepoids à leur discours environnementaliste que Pierre Charbonneau a lancé son initiative.

«Il faut que plus de gens affichent leur opinion. Oui, c'est important d'entendre parler d'environnement, mais les entreprises en sont déjà conscientes. On se tire dans le pied en abandonnant les projets et en laissant la place à la concurrence internationale.»

Même si le citoyen a été critiqué pour ses prises de position alors qu'il est ingénieur de formation et enseignant à l'université, il ne regrette pas ses actions indépendantes en regard des appuis reçus. Pierre Charbonneau est convaincu que l'initiative pourra se rendre à de plus hautes instances de la compagnie.

Dépôt de mémoires

Le directeur de l'Usine Vaudreuil, Jean-François Nadeau, invite les intéressés à déposer leur mémoire avant le 25 octobre en vue de la consultation publique pour le projet d'aménagement du site d'entreposage des résidus de bauxite.

«Nous faisons le processus de façon volontaire et nous nous engageons à en prendre compte pour enrichir le projet. Les mémoires seront résumés dans le rapport du président de l'assemblée», rappelle le dirigeant. Celui-ci souligne le «message d'impact» envoyé par les signataires de la pétition et les remercie.

Le syndicat salue

Le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, salue le soutien de la population au projet Vaudreuil au-delà de 2022 via la pétition déposée mardi.

«C'est un bon signal pour la continuité du projet. Ça n'arrive pas souvent qu'on voie un mouvement citoyen comme ça, a-t-il commenté lors du dépôt des 8048 signatures au Centre analytique du Complexe Jonquière. Ç'a dû être un travail de moine amasser tout ça, dans un court laps de temps.»

M. Gagnon tenait à être présent pour souligner l'initiative, alors que la dernière semaine a été sombre pour l'économie régionale, selon lui. «Avec tout ce qui passe dans l'industrie du bois d'oeuvre et du papier surcalandré, ça fait réaliser qu'il faut protéger nos usines avant que la menace de fermeture soit réelle.»

Le représentant syndical a pu en profiter pour rencontrer une deuxième fois le nouveau grand patron de Rio Tinto dans la région, Gervais Jacques, depuis son arrivée. Ils devraient planifier une réunion plus formelle bientôt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer