La fête des anges: faciliter le deuil périnatal

Les familles ont pu écrire le nom de... (Photo Le Quotidien, Yohann Gasse)

Agrandir

Les familles ont pu écrire le nom de leur bébé décédé sur des ballons, qui ont été relâchés en leur honneur.

Photo Le Quotidien, Yohann Gasse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En fin d'avant-midi, près de 130 personnes étaient rassemblées au complexe funéraire pour assister à la cérémonie. En plus du traditionnel relâchement de ballons, les familles ont pu assister au témoignage de deux mères qui ont perdu leur enfant en 2015.

«La Fête des anges est un événement qui se déroule un peu partout au Québec. C'est en collaboration avec la journée mondiale du deuil périnatal, qui se déroule toujours dans ces dates-ci», explique la directrice adjointe du complexe funéraire, Marianick Jean.

Accompagnement

C'est la sixième fois que le complexe organise l'événement. En fait, raconte Mme Jean, elle et son partenaire d'affaires ont commencé à participer à cette cause presque tout de suite après l'ouverture du salon, car ils souhaitaient s'impliquer à un endroit où il y avait peu d'accompagnement qui existait.

Cette année, le thème de la Fête des anges était «Les étoiles». Les organisateurs de la cérémonie ont d'ailleurs acheté une étoile dans la constellation de Cassiopée au nom de l'organisme les Bébés papillons envolés, qui accompagne les parents dans les deuils prénataux. Lors de la cérémonie, chaque famille a également reçu une carte de la constellation sur laquelle était indiquée l'étoile en question, en plus du nom de leur enfant.

«C'était important pour nous. Une étoile, c'est assez significatif dans le deuil. Souvent, on se dit que la personne est devenue une étoile, et c'est comme ça qu'on le présente aux enfants également. Alors maintenant, les gens vont vraiment pouvoir dire que leur bébé est une étoile. Je crois que ç'a vraiment touché les gens», explique la directrice adjointe.

Plusieurs jeunes enfants étaient d'ailleurs présents à la cérémonie. Pour plusieurs familles, et pour l'organisme, c'est important d'inclure les frères et les soeurs dans le processus de deuil.

Un deuil différent

«Le deuil périnatal n'est pas très connu par la plupart des gens. C'est un deuil différent de ce qu'on connaît habituellement. Le deuil périnatal n'est pas un deuil de souvenirs, comme lorsqu'on perd quelqu'un qu'on aime. Les souvenirs, les familles en ont très peu. C'est un deuil de projet, d'avenir, de rêves», raconte Marianick Jean.

Selon elle, c'est important de faire l'accompagnement des familles dans ces moments difficiles, car les gens de l'entourage ne comprennent pas nécessairement ce que vivent les parents.

«Pour plusieurs, ça faisait des années qu'ils rêvaient d'avoir un enfant. La mère tombe finalement enceinte, mais perd l'enfant. C'est un drame», ajoute-t-elle.

En plus de la Fête des anges, l'organisme Bébés papillons envolés organise également des cafés-causeries et des «cafés-scrapbooking», ce qui permet aux personnes de discuter librement de ce qu'ils vivent.

«Ça permet vraiment de faire une différence dans leur vie. Ça paraît», conclut Mme Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer