Un décor monstre à la Pyramide des Ha! Ha! pour l'Halloween

Le conseiller municipal Luc Boivin est ici entouré... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le conseiller municipal Luc Boivin est ici entouré de deux personnages effrayants. Ces créatures se cacheront-elles derrière l'une des cinq portes de la Pyramide des Ha! Ha! le 31 octobre? À suivre...

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La Pyramide des Ha! Ha! aura une allure bien différente, le soir du 31 octobre. La structure sera transformée en maison de l'horreur pour l'Halloween, une activité qui, promet-on, donnera des sueurs froides aux petits, mais aussi aux grands.

L'ouverture de l'Agora de La Baie a mis fin à la diffusion de spectacles à la Pyramide des Ha! Ha! en 2015. Depuis, l'arrondissement cherche un moyen d'utiliser la structure de nouvelles façons. L'idée de transformer le site en maison d'horreur pour l'Halloween est née il y a quelques semaines. Depuis un mois, une équipe s'active à planifier l'activité.

«On propose une expérience interactive pour souligner la fête de l'Halloween. C'est quelque chose d'assez gros et unique», affirme le conseiller municipal Luc Boivin, initiateur du projet. Les conseillers de l'arrondissement, Martine Gauthier, qui préside également la commission familles et aînés, ainsi que François Tremblay ont embarqué dans le projet.

L'arrondissement a octroyé un montant de quelque 11 600$ à Diffusion Saguenay afin de créer la pyramide hantée.

«On a mandaté Diffusion Saguenay pour nous offrir un clé en main. Ça permet de maximiser les ressources déjà en place. On utilise aussi quelques décors et du matériel appartenant déjà à Diffusion Saguenay. Le montant investi inclut par ailleurs la fabrication des décors qui, eux, vont pouvoir être réutilisés.»

Les décors et les costumes de la pyramide hantée sont conçus par l'équipe de La Fabuleuse.

«Je travaille avec l'équipe en place, autant les techniciens que le responsable des décors», affirme Sophie Bouchard, coordonnatrice à la logistique chez Diffusion Saguenay et responsable du projet.

L'intérieur de la pyramide sera divisé en différentes zones.

Une équipe de plus de 25 comédiens bénévoles, dont plusieurs font partie de La Fabuleuse, permettra d'animer le site.

«Ce qu'on propose, c'est une expérience théâtrale d'horreur composée de différents tableaux où des comédiens sont intégrés», décrit Sophie Bouchard

De grosses croix enflammées seront notamment installées à l'arrière de la pyramide.

Devant, une forêt composée de plusieurs citrouilles illuminées tracera le chemin jusqu'à la structure.

À l'intérieur, Sophie Bouchard assure que parents et enfants trouveront leur compte, notamment grâce à un corridor aux airs d'asile psychiatrique.

«Un corridor donnant accès à cinq portes fermées sera aménagé. Derrière chacune des portes, une scène d'horreur prendra forme. Le parent pourra ouvrir les portes sans nécessairement montrer ce qui se cache de l'autre côté aux enfants. Les cinq portes nous permettent de faire plaisir aux parents, sans trop faire peur aux enfants. Nous voulons vraiment que ce soit familial.»

Au bout du couloir, tous les personnages liés à l'Halloween seront réunis dans une forêt de l'horreur qui plaira autant aux petits qu'aux grands. Il faut s'attendre à y croiser morts-vivants, loups-garous, vampires et sorcières.

En fin de parcours, les visiteurs seront invités à plonger les mains dans le chaudron de la sorcière pour cueillir des bonbons.

La visite du site devrait durer entre cinq et 10 minutes.

Des employés de Diffusion Saguenay assureront le bon déroulement de la visite afin d'éviter les bouchons.

«On veut que le flux soit dynamique afin de permettre à plus de gens possible de passer au cours de la soirée», explique Sophie Bouchard.

La pyramide hantée sera ouverte au public de 17h à 22h. «On espère voir beaucoup de monde. On souhaite aussi que les commerces autour embarquent dans l'aventure. Je pense que les gens vont se déplacer. Si ça fonctionne bien, ça pourrait revenir l'an prochain. Il n'y a pas de limite à l'imagination. Ça peut devenir un ''happening'' annuel», conclut Luc Boivin, qui aimerait que le concept puisse s'exporter dans les autres arrondissements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer