PFR retarde son projet de 15 millions $

Karl Blackburn, porte-parole de Produits forestiers Résolu... (Photo courtoisie)

Agrandir

Karl Blackburn, porte-parole de Produits forestiers Résolu

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le conflit sur le bois d'oeuvre avec les Américains force Produits forestiers Résolu à retarder son projet de modernisation de 15 M$ à la scierie Mistassini.

«Comme on ne sait pas ce qui nous pend au bout du nez avec le conflit et le vent de protectionnisme aux États-Unis, nos administrateurs réévaluent les investissements que nous devions faire à la scierie. Il y a trop d'incertitude. Il faut faire une évaluation très fine de l'évolution de la situation avant d'investir des sommes importantes», justifie le porte-parole Karl Blackburn.

Une décision que comprend le président du syndicat Daniel Leblond, mais qu'il digère difficilement. «Ce sont déjà des répercussions de l'échec des négociations d'une entente sur le bois d'oeuvre. C'est très inquiétant. Nous avons un beau projet sur la table pour améliorer notre usine et assurer son avenir et à cause du protectionnisme américain, on va rester dans l'incertitude pendant un bout de temps. J'espère que le gouvernement va prendre ses responsabilités et soutenir l'industrie forestière avec des garanties de prêt. Quand il y a eu la crise pour l'automobile, ils l'ont fait, et bien qu'ils le fassent pour le bois», tranche le syndicaliste.

Karl Blackburn souligne que la décision finale d'investir n'avait pas été prise même si les intentions avaient été annoncées. «Nous étions très avancés dans nos analyses, mais là on n'a pas le choix de retarder le possible investissement. Nous souhaitons continuer à investir dans nos usines pour les rendre plus productives, mais nous devons tenir compte du contexte économique. Et comme nous ne savons pas ce que nous réserve le conflit, il faut attendre», ajoute-t-il.

En effet, comme la date pour en arriver à une entente est échue, il est fort probable que le lobby de l'industrie forestière américaine dépose une plainte, ce qui pourrait mener à une barrière tarifaire de l'ordre de 25%. Certains observateurs pensent aussi que des quotas pourraient être imposés.

Le projet consiste à refaire la ligne de production du 16 pieds et de construire deux séchoirs. Pour ce qui est des séchoirs, les travaux sont déjà commencés et vont être exécutés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer