Le cas des frères Goulet réglé

Guillaume Goulet et son avocat Jean-Marc Fradette sont... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Guillaume Goulet et son avocat Jean-Marc Fradette sont très satisfaits que le retrait des accusations de fraudes ait mené à un acquittement.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

L'homme d'affaires Mathieu Goulet a plaidé coupable à une accusation de faux semblant dans le cadre d'un litige avec son oncle pour la vente d'un terrain. Les accusations de fraude qui avaient été portées envers son frère Guillaume ont été levées, ce qui équivaut à un acquittement.

C'est à l'issue d'une journée de discussion et d'une rencontre avec une notaire jeudi que la poursuite et la défense se sont entendues pour soumettre une suggestion commune au juge Richard P. Daoust.

«Comme le juge avait levé le secret professionnel de la notaire, il nous a été possible de bien comprendre les démarches qu'a faites monsieur Mathieu Goulet pour retarder l'encaissement d'un chèque de 15 000$ par monsieur Denis Boily. Comme les agissements s'apparentaient à de la fraude, nous avons décidé de nous tourner vers cette accusation de faux semblant plutôt que celles de fraude», a indiqué la procureure Claudine Roy.

Mauvaise adresse

Mathieu et Guillaume Goulet étaient administrateurs de l'entreprise Rénovation DMG design appartenant à leur oncle Denis Boily. Mathieu a organisé, au début de 2012, la vente d'un terrain à Saint-Félicien appartenant à une entreprise dont il était propriétaire, Félitech. Or, Mathieu Goulet a donné une mauvaise adresse du siège social de DMG design pour ne pas que le chèque soit encaissé par Denis Boily. Comme la notaire s'inquiétait que le chèque n'ait pas été encore encaissé après trois mois, elle a réussi à retrouver la bonne adresse du siège social.

Cette histoire de propriété d'entreprises est très compliquée et a fait l'objet d'un procès au civil. D'ailleurs, un jugement a fait annuler la vente du terrain le 11 février 2015. Denis Boily l'a donc récupéré.

C'est donc sur ce chef de fausse déclaration que Mathieu Goulet a plaidé coupable. Bien que la peine maximale pour ce genre d'acte criminel soit de 10 ans, le pharmacien radié a obtenu une absolution conditionnelle et a fait un don de 2000$ à un organisme.

Soulagement pour Guillaume

Le frère de Mathieu, Guillaume Goulet, était très satisfait que les procédures soient enfin terminées. «C'est un soulagement, a-t-il confié au journaliste du Quotidien à la sortie du tribunal. C'est un poids et un stress important qui sont maintenant derrière mois.» Son avocat Jean-Marc Fradette tenait à ce que son client soit acquitté à la suite du retrait des accusations. Une façon inhabituelle de faire qui a surpris le juge Daoust. Il a accepté de prononcer un acquittement, car la procureure de la Couronne ne s'y est pas opposée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer