Prison de Roberval: opération de visibilité

Le Syndicat des agents de la paix en... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec a installé des pancartes pour déplorer le manque d'investissement dans les prisons.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Des pancartes ont été installées près du centre de détention de Roberval pour conscientiser la population au manque d'agents de la paix ainsi qu'à leur formation déficiente.

Cette campagne de visibilité a été initiée par le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN) afin de dénoncer le manque d'investissement du gouvernement en milieu carcéral, ce qui se traduit par de mauvaises conditions pour les agents de la paix.

«Le SAPSCQ-CSN a décidé de décliner le message sur les pancartes selon les problématiques propres à chaque établissement. Cela permettra à la population locale de bien saisir les enjeux qui affectent la région. Pour la détention de Roberval, il y a un manque d'effectif, un manque de formation et la santé et sécurité est en jeu. Il faut comprendre que la sécurité publique, c'est d'abord et avant tout la protection du public», indique Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay-Lac-Saint-Jean CSN.

Aux yeux du syndicat, les conditions de détention et l'état des établissements de détention affectent directement les conditions de travail des agents de la paix.

«Travailler dans des établissements désuets et surpeuplés, avec des outils vétustes, avec des effectifs insuffisants et souvent trop peu formés, c'est notre quotidien et nous voulons que la population y soit sensibilisée», explique Mathieu Lavoie, président du SAPSCQ-CSN.

Rappelons que le Syndicat réclame plus d'effectifs à la prison de Roberval. On souhaite l'ajout de 15 agents alors que le gouvernement a confirmé l'embauche de sept.

Cette campagne de visibilité s'inscrit aussi dans le cadre des négociations entourant le renouvellement du contrat de travail des membres SAPSCQ-CSN, sans contrat de travail depuis plus de 18 mois. «Nous serons actifs et visibles pour faire comprendre à l'employeur que nous voulons des conditions de travail respectueuses et des services correctionnels efficaces», lance Mathieu Lavoie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer