Hébertville fournit les services de son avocat à un contribuable

Doris Lavoie, mairesse d'Hébertville.... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Doris Lavoie, mairesse d'Hébertville.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Hébertville fournit les services de son avocat à l'un de ses contribuables qui se bat contre la municipalité de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

L'Hébertvillois Alain Tremblay est poursuivi par la localité voisine. Il n'a toujours pas payé la tarification de 230$ qui lui est imposée pour l'entretien de la route de la Montagne, un chemin public du secteur Lac-à-la-Croix.

Une vingtaine de villégiateurs ont reçu une telle facturation, le printemps dernier. Pour se rendre chez eux, ils doivent obligatoirement passer sur l'artère routière située sur le territoire de Lac-à-la-Croix.

Tant à Hébertville qu'à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, les représentants municipaux sont déterminés à mener leur combat jusqu'au bout. Mais ils ne ferment pas la porte à l'élaboration d'un protocole d'entente.

Le conseil municipal d'Hébertville a mandaté sa procureure, Me Caroline Hamel, pour qu'elle accompagne M. Tremblay à la cour municipale. Une audience était prévue le 14 octobre, mais un report à une date ultérieure a été demandé par la partie défenderesse.

«Comme c'est là, nous venons de déposer un acte d'intervention volontaire. À partir de là, je revois les conseillers vendredi en séance spéciale et je vais leur demander de prendre position. La décision sera rendue publique à la séance du 7 novembre. L'orientation se prendra à ce moment à savoir si nous poursuivrons les démarches devant les Tribunaux ou si on va vers une médiation ou la négociation d'un protocole d'entente. Nous souhaitons que nos citoyens soient satisfaits du dénouement que ça prendra», mentionne la mairesse, Doris Lavoie.

À Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, le maire Lawrence Potvin souhaite convenir d'un protocole d'entente, mais il ne reculera pas si cette alternative n'est pas retenue. «C'est une entente intermunicipale que ça prend. On est deux municipalités voisines et j'ai de la difficulté à comprendre pourquoi on ne peut pas s'asseoir. Nous sommes prêts à régler, c'est le mandat que j'ai. Mais s'il faut poursuivre à la cour municipale, c'est clair qu'on ne reculera pas», affirme-t-il.

«C'est une tarification pour services rendus et c'est clair dans notre esprit. Nous avons décidé de clarifier cette situation en débutant des procédures judiciaires et nous avons commencé avec M. Tremblay, le leader du groupe de villégiateurs. C'est une cause type, puisque l'on ne peut pas poursuivre tout le monde en même temps. Les résultats qui en découleront s'appliqueront aux 17 autres propriétaires qui n'ont toujours pas réglé la tarification.»

Les élus de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix ont rencontré le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT), mercredi dernier. Le maire affirme être intervenu auprès de la municipalité d'Hébertville pour mettre les cartes sur table, échanger et trouver des solutions. Une réponse était attendue avant 16 h, vendredi. C'est plutôt une correspondance de la procureure d'Hébertville qu'a reçu la localité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer