L'absentéisme gangrène le système de santé

Martine Côté... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Martine Côté

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean fait face à une problématique « d'absentéisme excessif » qui va générer un important manque à gagner en période de compressions. Certains syndicats jugent que les mesures mises en place pour faire face à la situation frisent le harcèlement.

Après sept périodes budgétaires de l'année financière, qui en compte 13, le CIUSSS affiche un taux d'absentéisme de 8,1 % en moyenne (810 employés en absence maladie sur 10 000), alors que la cible fixée dans les 125 mesures annoncées au printemps pour l'atteinte de l'équilibre budgétaire était de 6,75 %. À ce rythme, l'absentéisme va représenter un coût additionnel de plus ou moins 2 millions $ dans la masse salariale des hôpitaux et autres points de services du réseau régional de la santé.

Les syndicats affiliés à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qui regroupent principalement les infirmières, sont les plus critiques à l'endroit des mesures mises en place par l'employeur. La présidente du Syndicat des professionnels en soins infirmiers et cardiorespiratoires de l'hôpital d'Alma, Audrey Blackburn, consacre plus de 25 % de son temps de travail dans l'accompagnement des membres qui font face à des difficultés lorsqu'ils sont dans l'obligation de quitter le travail pour des raisons de maladie.

« Il y a maintenant deux personnes qui travaillent sur les dossiers. L'employeur n'hésite pas à contester les billets de médecin. Il y a eu une augmentation importante des dossiers où l'employeur demande une nouvelle expertise. Les rencontres se multiplient avec les personnes et ça ne finit plus. Ça frise le harcèlement », a déclaré au Quotidien Audrey Bélanger, qui estime que ces nombreuses contestations et contre-expertises exigées par l'employeur vont coûter une fortune en pleine période de compressions budgétaires.

Mme Blackburn note une certaine contradiction puisque l'employeur, qui semble être plus difficile à convaincre pour les congés de maladie, oppose une certaine résistance lors des retours au travail. Selon la présidente, il agit avec beaucoup de questionnement quand un employé est déclaré apte au retour au travail.

Pression en hausse

Son homologue de l'hôpital de Chicoutimi et porte-parole régionale de la FIQ, Martine Côté, abonde dans le même sens, en ce qui concerne les dossiers d'assurance-emploi. Elle affirme que l'employeur utilise bien la terminologie « d'absentéisme excessif » lorsqu'il est question de tout le volet de la santé du personnel.

Martine Côté n'avait pas entre les mains les dernières statistiques, mais constate jour après jour que la pression sur le personnel augmente. « Nous avions prévenu l'employeur lors de l'entrée en vigueur de la Loi 10. C'est ce qui se passe en ce moment. Les gens vivent différentes situations difficiles comme des abolitions de poste, des déplacements et autres inconvénients », explique la présidente du syndicat.

Mme Côté s'attend à ce que des mesures soient prises par l'employeur, mais ne voit pas comment il sera possible de faire baisser la pression à court terme sur les ressources. En plus de la Loi 10, le personnel est mis à contribution pour l'application des nouvelles compressions budgétaires. C'est ainsi, selon Mme Côté, que la charge de travail est toujours en croissance avec les coupures récurrentes imposées par Québec.

Constats partagés

Le vice-président régional de la Fédération des affaires sociales de la CSN, Gaston Langevin, partage un certain nombre de constats avec ses collègues de la FIQ. « Quand la Loi 10 a été mise en application, nous avons prévenu le gouvernement de ce qui allait se passer. Nous sommes exactement dans cette période d'incertitude qui a un effet sur le personnel avec en prime des compressions budgétaires. Chez nous, les préposés aux bénéficiaires font partie du groupe qui vit beaucoup de pression. »

Gaston Langevin évoque d'autres problèmes, notamment le vieillissement du personnel du CIUSSS, qui amènent les mêmes problématiques de santé que la population en général, comme la montée en flèche des cas de cancer.

« C'est difficile de comptabiliser la proportion des causes du problème, mais il est évident que ce que nous vivons comme changement est très important. Nous avions vécu une situation semblable lors des changements imposés en 2005. L'histoire se répète », a conclu le vice-président.

L'hôpital de Chicoutimi.... (Archives Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

L'hôpital de Chicoutimi.

Archives Le Quotidien

L'employeur assure agir avec bienveillance

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean prétend gérer tout le volet santé et sécurité de son personnel avec bienveillance, tout en conservant à l'esprit qu'il doit agir à titre d'employeur-assureur et ainsi assumer adéquatement le suivi des dossiers d'assurance maladie des 10 000 employés.

Le directeur adjoint à la direction des ressources humaines, communications et affaires juridiques, Pierre Ouellet, admet d'entrée de jeu qu'une période de changement a toujours un impact sur le personnel, mais s'empresse d'ajouter qu'une quinzaine de facteurs influencent en général le phénomène d'absence au travail. Il évite donc de tout attribuer le problème actuel d'absentéisme au seul phénomène de la création du CIUSSS.

« Quand nous effectuons des vérifications, nous constatons que le problème n'est pas égal. Il y a des endroits où c'est plus important alors que dans d'autres secteurs, la situation est normale. Nous sommes en ce moment à une moyenne de 8,1 après l'été », ajoute le responsable du dossier au CIUSSS.

Redressement important

Il enchaîne en affirmant qu'il faudra un redressement assez important de la situation pour permettre d'atteindre la cible fixée par la haute direction qui est de l'ordre de 6,75 %. Nonobstant les chiffres, Pierre Ouellet revient sur le mode de gestion des dossiers d'assurance maladie dont les coûts sont assumés pendant les deux premières années à 100 % par l'employeur.

« Nous mettons tout en oeuvre pour gérer les dossiers des employés dans l'objectif qu'ils puissent revenir au travail en santé. Nous offrons à notre personnel l'accès aux médecins et spécialistes ainsi que le programme d'aide aux employés. En fin de compte, ce ne sont pas les gestionnaires qui prennent les décisions, mais bien le médical. »

Le CIUSSS a dans ses valeurs la « bienveillance », et le responsable de la santé et sécurité assure que les gestionnaires font tout en leur pouvoir pour que cette valeur ressorte dans le traitement des dossiers individuels. Il n'est pas question pour l'établissement de mener une chasse aux sorcières ou de présumer que les gens partent automatiquement en congé maladie sans raison valable.

Le CIUSSS confirme qu'il rencontre des employés qui présentent des dossiers d'absentéisme pouvant être qualifié d'excessif. Il s'agit d'employés qui ont été absents du travail pour des périodes de 25 % du temps et plus au cours des 5 dernières années. Encore une fois, Pierre Ouellet affirme que ces rencontres se déroulent en présence des représentants syndicaux et qu'il s'agit d'une démarche pour bien faire comprendre à l'employé en question que l'employeur est en droit de s'attendre à une prestation de travail.

« La présence au travail fait partie du contrat de travail. Nous nous attendons à une prestation de travail normale. Nos gestionnaires travaillent avec jugement et il est assuré qu'une personne ne sera pas rencontrée quand elle est en période de traitement en oncologie. Nous agissons avec discernement. D'un autre côté, on ne peut pas laisser aller les choses et notre objectif est d'avoir des travailleurs en santé qui offrent une prestation de travail convenable. »

Pierre Ouellet peut comprendre que dans certaines situations, les gens ont une perception différente de la nature des interventions de l'employeur pour gérer les dossiers. Il insiste et assure que les gestes posés sont en droite ligne avec les engagements de la direction du CIUSS auprès des employés. Le CIUSSS veut demeurer un employeur de choix dans la région et entend bien maintenir son objectif d'être une entreprise en santé, et ce, dans tous les sens du terme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer