Barrage de la chute-aux-galets: 5700 tonnes en plus

Les travaux de remise aux normes du barrage... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les travaux de remise aux normes du barrage sont en phase intensive avec des coulées de béton.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

À Saint-David-de-Falardeau le vieux barrage de la Chute-aux-Galets, propriété de Produits forestiers Résolu (PFR), prend du poids depuis le 8 août dernier en raison d'importants travaux de mise aux normes et de réparation entrepris au coût de 6 M$.

La crête du barrage de 300 mètres de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

La crête du barrage de 300 mètres de longueur est refaite à neuf.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Raphaël Émond, ingénieur de projet, et Éric Tremblay,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.1

Agrandir

Raphaël Émond, ingénieur de projet, et Éric Tremblay, directeur de la division Hydro-Saguenay, ont accompagné Le Progrès-Dimanche lors de la visite de chantier.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Depuis cette date, des équipes de 24 travailleurs de l'entrepreneur général Nordex se relaient sur deux quarts de travail afin de prolonger la vie de cet ouvrage bâti en 1921 par la famille Price.

Lors d'une visite de chantier effectuée en compagnie d'Éric Tremblay, directeur de la division Hydro-Saguenay et Raphaël Émond, ingénieur de projet, ces derniers ont expliqué qu'à l'époque de sa construction le barrage-déversoir était l'un des plus longs au monde avec ses 300 mètres de longueur, répartis sur 180 mètres pour la partie sud et 120 mètres pour la partie nord.

Selon M. Tremblay, même si des travaux ont toujours été réalisés pour son entretien au fil des décennies, le barrage avait besoin d'être remis aux normes à la suite de la nouvelle évaluation de la sécurité de ce type d'ouvrage.

Le travail réalisé par Nordex consiste à refaire la crête du barrage dans la partie nord en soustrayant environ 60 centimètres de vieux béton et en remplaçant l'armature à travers laquelle est coulé du béton neuf. Une autre partie des travaux consiste à couler à la base de la partie sud une surépaisseur de béton d'environ 1,5 mètre avec pour objectif d'ajouter un poids d'environ 5700 tonnes au barrage ancré sur le roc. «Cette surépaisseur de béton permet de mettre aux normes le barrage et d'ajouter des années à sa durée de vie», explique M. Émond. Pour atteindre l'objectif, l'entrepreneur procède à la coulée de 2800 mètres cubes de béton à raison de trois bétonnières à l'heure au moment de notre visite.

Selon les chiffres fournis, l'ensemble des travaux requiert environ 14 000 heures de travail incluant l'ingénierie réalisée par WSP.

Lac Sébastien abaissé

Les travaux de restauration de la crête ont nécessité l'abaissement du niveau du lac Sébastien d'un mètre depuis le 8 août. La formation d'un comité de travail formé de représentants d'Hydro-Saguenay, de la municipalité de Falardeau et de l'Association des propriétaires du lac Sébastien a permis d'informer les résidents sur le projet. L'abaissement du niveau d'eau fait en sorte que PFR doit fournir sur une base temporaire l'eau à huit résidences du lac Sébastien ainsi que des bouteilles d'eau potable. Un total de 280 résidants occupent les rives.

Au moment d'écrire ces lignes, les deux tiers des travaux ont été réalisés et aucun accident de travail majeur n'est survenu. Le calendrier des travaux est respecté.

Des intrusions

L'un des problèmes que doit affronter PFR est l'intrusion de nombreux individus qui n'hésitent pas à utiliser des outils pour tailler les clôtures pour s'introduire sur le chantier. L'été dernier des baigneurs ont été refoulés. Ces derniers se lancent du haut des rochers de la chute aux Galets au pied du barrage, une manoeuvre très dangereuse puisqu'un coup d'eau peut entraîner leur noyade. Étant donné que l'ouverture des pelles est maintenant motorisée, personne n'effectue d'inspection visuelle avant l'ouverture des pelles. Il y a plusieurs années, deux jeunes s'étaient noyés dans la rivière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer