La visite du Queen Mary 2 très courue

Queen Mary 2... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Queen Mary 2

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Le soleil n'était pas encore levé que les gens affluaient déjà au centre-ville de La Baie. Les navettes qui transportaient les curieux de Jonquière et de Chicoutimi ont été bondées toute la journée. L'Agora du village portuaire n'avait jamais accueilli autant de spectateurs. Et les restaurateurs et les hôteliers ont fait des affaires d'or. Ces milliers de personnes, qui ont foulé le sol baieriverain jeudi, avaient un objectif commun : voir le fameux Queen Mary 2. Et pour ceux qui l'ont manqué, il sera de retour l'an prochain et l'année suivante.

Il y avait foule pour le spectacle de... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Il y avait foule pour le spectacle de QuébecIssime à l'Agora.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Du monde, il y en avait au village portuaire, tout au long de la journée de jeudi. Difficile, pour le moment, de chiffrer l'achalandage, mais des milliers de personnes ont répondu à l'appel de Promotion Saguenay, qui promettait une journée de fête. Seulement pour le spectacle gratuit de QuébecIssime, jeudi en après-midi, l'Agora a accueilli autour de 5000 personnes. Les navettes, mises à la disposition des citoyens de Chicoutimi et de Jonquière qui préféraient ne pas prendre leur véhicule, ont littéralement été prises d'assaut. À un certain moment, les utilisateurs ont dû attendre une heure au Centre Georges-Vézina, histoire de monter à bord de l'une des navettes. Et la Société de transport du Saguenay a dû ajouter des trajets, puisque les autobus ne répondaient tout simplement pas à la demande.

Le Queen Mary 2 devait se pointer dans la baie des Ha ! Ha ! à 6 h, puis accoster à 7 h. Ce sont les lève-tôt qui ont assisté au spectacle, puisque le puissant navire était déjà à quai à 6 h. Dès l'aube, le parc Mars a été pris d'assaut et il en a été de même tout au long de la journée. 

« C'est vraiment incroyable de voir un tel bateau ici. Je n'en reviens pas comment il est gigantesque », a affirmé Lise Girard, lorsque rencontrée en matinée. D'ailleurs, lorsqu'on se promenait au village portuaire, c'est évidemment le commentaire qui revenait le plus souvent. « C'est énorme », lançaient les passants venus regarder le puissant navire, qui a repris son chemin à 16 h en direction de Gaspé. Il poursuivra sa route jusqu'à Halifax pour terminer son périple à New York. 

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a eu un large sourire au visage tout au long de la journée. Selon lui, ce 6 octobre restera gravé dans la mémoire des citoyens de Saguenay. « C'est vraiment la consécration », a répété le maire à plusieurs reprises. 

Les personnes interrogées par Le Quotidien s'entendaient toutes pour dire que cette visite était un succès et que les minutes de trafic et la difficulté à se stationner valaient le coup. 

Certains, qui avaient amené leurs chaises et leur lunch, ont même passé la journée sur place. Quant aux restaurateurs, ils affichaient pour la plupart complet. 

Le départ

Le prestigieux navire a quitté La Baie sur le coup de 16 h, salué par les nombreux visiteurs encore sur place en fin de journée. Le Queen Mary 2 a navigué dans les eaux du fjord plus rapidement en partant, afin d'éviter les contrecoups de l'ouragan Matthew. Il est donc passé plus tôt que prévu devant les villages du Bas-Saguenay, où des feux d'artifice étaient au programme.

Le restaurant Britannia... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 4.0

Agrandir

Le restaurant Britannia

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Opulence et richesse

Opulence. C'est le premier mot qui nous vient en tête, lorsqu'on met le pied sur le Queen Mary 2. Le Quotidien a eu droit à une petite visite du navire, jeudi, en compagnie de collègues d'autres médias. Incursion à bord d'une cité flottante. 

Il fallait commencer par passer les contrôles de sécurité et la journaliste du Quotidien a même eu droit à une petite fouille en guise de bienvenu. Pas une fouille à la Unité 9, mais un petit « tâtage », afin de s'assurer que tout était sous contrôle. 

Dès les premières minutes de la visite, on oublie vite qu'on se trouve sur un bateau. À vrai dire, le Queen Mary 2, c'est un peu comme un gigantesque hôtel de luxe, une cité où la richesse et l'opulence couvrent chaque centimètre carré du navire. 

Bien qu'on n'ait eu accès qu'à une infime partie du bateau, la salle de bal (la plus grande de toutes les salles de bal des bateaux de croisières), les spas, les restaurants et les bars sont d'un chic à couper le souffle. On ne se croirait peut-être pas à bord du Titanic, mais dans un univers à part, où tout est accessible. Des boutiques de luxe, des galeries d'art, un cinéma qui se transforme en planétarium ; vraiment, la visite du Queen Mary 2 est impressionnante. 

Mais le clou du spectacle est sans doute lorsqu'on débarque sur le dernier pont. La vue sur le port était époustouflante et ceux et celles qui souffrent de vertige devaient se tenir loin de la rambarde. 

Évidemment, nous aurions bien aimé voir les cabines des passagers, la salle de commande et même les cuisines, mais nous n'en avons pas eu la chance. 

Est-ce que cette visite a donné le goût à la journaliste de se payer une croisière à bord du célèbre paquebot ? Pas vraiment. Mais je pourrai tout de même dire que j'ai déjà mis le pied sur le Queen Mary 2.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer