«Pellicule» reconnu coupable d'attouchements sexuels

Sébastien «Pellicule» Tremblay devra purger une peine minimale... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Sébastien «Pellicule» Tremblay devra purger une peine minimale de 12 mois de prison, mais la Couronne entend déjà en demander plus.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sébastien «Pellicule» Tremblay, le gardien de nuit du Lac Pouce à Laterrière, est reconnu coupable d'attouchements sexuels sur cinq jeunes garçons âgés de 8 à 12 ans. Il s'expose à une peine minimale de 12 mois, mais il est déjà assuré que le ministère public demandera une sentence plus importante.

Le juge Paul Guimond, de la Cour du Québec, a rendu son jugement mercredi matin au Palais de justice de Chicoutimi.

Tremblay, aujourd'hui âgé de 25 ans, a commis des attouchements aux parties intimes et aux fesses des enfants durant la période du 14 juillet au 2 août 2013. Il a profité de son poste de moniteur de nuit pour s'approcher de ses victimes, de les toucher alors qu'elles étaient couchées dans leur lit du centre de vacances.

Dans une longue décision, le tribunal a cru la version des enfants, malgré le fait que les victimes ne se souvenaient pas exactement de certains détails.

L'accusé a été acquitté des accusations de voyeurisme et d'attouchements sur trois autres enfants en raison des témoignages flous de ces victimes. «Les témoignages des enfants sont fiables et crédibles. Je ne peux croire qu'ils ont monté une mise en scène, car les enfants n'étaient pas tous dans la même chambre et n'y étaient pas tous en même temps. Même s'ils ont parlé des événements entre eux, je ne peux pas dire que les victimes ont été contaminées par l'histoire. Tout ça ne pouvait être une coïncidence», a mentionné le magistrat.

«L'accusé n'a pas réussi à soulever un doute raisonnable dans mon esprit. Il a démontré une certaine élasticité de sa conscience en ne tenant pas compte des règles imposées au Lac Pouce», a repris le juge Guimond.

Tremblay a confirmé avoir flatté l'abdomen des enfants pour les réveiller (même si cela était contraire aux règlements), mais a totalement nié avoir touché les enfants aux parties intimes et de s'être couché près d'eux. Pellicule a dit qu'il aurait dû être contorsionniste pour se retrouver près des enfants sur un lit de 24 pouces de largeur.

Le juge considère que l'accusé a posé des gestes inappropriés en flattant la bedaine des enfants pour les réveiller, qu'il aurait pu choisir une autre solution.

«Et il nous dit qu'il le faisait uniquement avec les garçons, car il craignait de toucher les seins des jeunes filles par accident s'il agissait de la même manière. Tout ça fait en sorte que je suis convaincu hors de tout doute que l'accusé est responsable des gestes posés», ajoute le magistrat.

Si Me Marie-Ève St-Cyr, en défense, n'a pas voulu commenter la décision pour le moment, son homologue de la Couronne, Me Nicole Ouellet, a laissé voir qu'elle demandera plus que la peine minimale.

«Il y a effectivement une peine minimale pour des accusations de contacts sexuels sur des jeunes de moins de 16 ans. Comme il y a cinq victimes et que l'accusé était en autorité, nous allons réclamer une peine plus élevée», d'indiquer Me Ouellet.

Les représentations sur sentence auront lieu le 27 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer