Carole Dupéré réclame enfin son lot de 2M$

Carole Dupéré, de Jonquière, est l'une des deux... (Photo courtoisie Loto-Québec)

Agrandir

Carole Dupéré, de Jonquière, est l'une des deux millionnaires qui s'ignoraient au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo courtoisie Loto-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

«Bébé, on descend à Québec, je gagne 2 M$!» L'une des deux millionnaires de la région qui s'ignoraient a finalement réclamé son lot. Carole Dupéré, de Jonquière, a remporté le lot de deux millions$ lors du tirage du 28 septembre dernier.

Depuis quelques jours, Loto-Québec affirmait que deux gagnants du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'avaient toujours pas fait vérifier leur billet. Carole Dupéré était l'un d'eux. D'ailleurs, lorsqu'elle entendait à la radio que des personnes étaient millionnaires sans le savoir, Mme Dupéré disait à son conjoint que les gens «n'étaient pas trop pressés de réclamer leur dû».

C'est mardi matin que la dame, qui se rendait au travail, a fait vérifier son billet. En voyant le montant de 2 millions de dollars s'afficher à l'écran, elle a décidé de ne pas se rendre au boulot, préférant aller surprendre son conjoint.

«Bébé, on descend à Québec, je gagne 2 000 000$!», aurait-elle lancé.

Ralentir le rythme au travail fera partie de ses priorités. Mais elle laissera retomber la poussière avant de prendre des décisions.

«On n'y croit pas, on croit à une erreur, c'est très spécial comme feeling!» a confié Carole Dupéré, qui avait acheté son billet au Super C de Jonquière. Ce détaillant recevra un lot de 20 000$, équivalant à 1% du gain.

Loto-Québec rappelle que le lot d'un million remporté au tirage de l'Extra du 2 septembre, dont le billet a été acheté à Roberval, n'a toujours pas été réclamé.

Ça ne change pas le monde, sauf que...

(Presse Canadienne) - Un nouvel ordinateur et une paire de souliers.

Voilà, pour le moment, l'étendue des dépenses qu'entendent faire les gagnants du gros lot de 37,5 millions $ au Loto Max du 30 septembre dernier, soit quatre membres d'une même famille de l'arrondissement LaSalle, à Montréal.

Patrick Lamothe, sa conjointe Johanne Leblond, le père de celle-ci, Guy Leblond, et leur fils, Yanick Lamothe-Leblond, ont expliqué, mardi lors d'une rencontre avec les médias au quartier général de Loto-Québec, qu'ils n'avaient aucune intention de changer leurs vies à la suite de ce gain.

«On a chacun nos rêves, mais on est des gens qui ne veulent pas que la vie change», a simplement expliqué Johanne Leblond.

«La seule chose qui change, dans le fond, c'est qu'on ne va plus travailler par obligation, mais parce qu'on aime ce qu'on fait», a renchéri Patrick Lamothe, qui a d'ailleurs précisé que sa conjointe et lui-même étaient allés travailler la veille, lundi, comme si de rien n'était.

Patrick Lamothe est dans le domaine de l'ingénierie et sa conjointe oeuvre dans une maison de personnes retraitées.

M. Lamothe a même reconnu qu'il avait toujours cru qu'il cesserait de travailler s'il devait un jour remporter un gros lot, mais que cette idée n'avait pas résisté à l'épreuve de la réalité. «Je n'ai vraiment pas le goût d'arrêter de travailler», a-t-il dit.

«On est trop jeunes. La retraite va peut-être venir plus tôt, mais pour le moment on va continuer de travailler», a ajouté Mme Leblond.

Le patriarche Guy Leblond, pour sa part, est à la retraite, mais il est demeuré tout aussi terre-à-terre que sa fille et son gendre, indiquant que son budget pour l'année en cours était déjà fait et qu'il ne dérogerait pas pour l'instant de son plan.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer