Hébertville: un nouveau scénario pour la caserne

Un nouveau scénario entre en jeu dans le dossier entourant la caserne des... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

Un nouveau scénario entre en jeu dans le dossier entourant la caserne des pompiers d'Hébertville.

Les élus de la localité ont entrepris des pourparlers en vue de l'établissement d'un éventuel partenariat pour regrouper leur caserne avec celle d'Hebertville-Station.

C'est ce qu'a annoncé la mairesse Doris Lavoie, lundi soir, lors de l'assemblée publique du conseil municipal.

«Le dossier de la caserne n'a jamais fait l'unanimité ici autour de la table. Et cette nouvelle possibilité reçoit l'aval de tout le monde. Il se brasse quelque chose de nouveau et nous avons l'unanimité. Nous allons faire nos devoirs de A à Z, dont l'évaluation de la faisabilité entourant le regroupement des deux casernes», a mentionné la mairesse Lavoie, qui a eu la puce à l'oreille après avoir appris que la caserne du village d'à côté ne répondra plus aux normes au cours des prochaines années.

Le sujet devait aussi faire l'objet d'échanges, lundi soir, entre les élus d'Hébertville-Station.

L'achat d'une bâtisse existante et sa réfection a récemment été refusé par les contribuables. Le projet aurait nécessité des investissements de 1 246 000$. Le 13 septembre dernier, 320 Hébertvillois ont signé un registre pour bloquer le règlement d'emprunt, lequel a d'ailleurs été annulé lors de la séance publique de lundi.

Au terme d'une rencontre intervenue la semaine dernière, le conseil municipal et la Régie intermunicipale en sécurité incendie du secteur Sud étudiaient la possibilité d'entreprendre des démarches pour la construction d'une caserne flambant neuve et voilà que l'établissement possible d'un partenariat est entré en jeu.

La construction d'une nouvelle caserne pourrait représenter des investissements d'un million et demie de dollar. Le montant pourrait être éligible à des subventions gouvernementales.

Le directeur général absent

L'heure est à la spéculation à Hébertville. Le directeur général, René Perron, n'est plus au boulot, mais il est impossible de savoir quelles en sont les raisons.

Ce suspense perdure depuis près de trois semaines, malgré les tentatives du journal d'obtenir des informations.

« Monsieur Perron est en congé. Le lien d'emploi est toujours maintenu », sont les seuls commentaires que la mairesse Doris Lavoie se contente de faire depuis la mi-septembre.

Il est impossible de savoir si le gestionnaire est actuellement en vacances, suspendu de ses fonctions, en congé sans solde ou absent du travail pour des raisons de santé.

Des citoyens ont également tenté d'avoir l'heure juste, lundi soir, lors de la séance publique du conseil municipal. « J'ai entendu dire qu'il aurait été congédié ? Est-ce qu'il y a un conflit ? » a questionné un homme d'Hébertville. « Il est en congé et il y a toujours un lien d'emploi », fut la très courte réponse de la mairesse.

Lorsqu'interrogée par la représentante du Quotidien, l'élue a poursuivi dans la même veine. « Il est en congé présentement. On va revenir sur le dossier possiblement lors de la prochaine réunion publique, je ne peux pas me prononcer là-dessus. Je n'ai pas d'autres commentaires », a affirmé Doris Lavoie.

Fait à noter, c'est la mairesse elle-même qui répond sur le téléphone cellulaire de M. Perron.

René Perron est absent du travail depuis le 15 septembre dernier. Il est à l'emploi de la localité depuis 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer