Gilles Potvin inquiet de l'échec d'une entente sur le bois d'oeuvre

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin, s'inquiète des répercussions que pourrait avoir sur la municipalité l'échec d'une entente sur le bois d'oeuvre avec les Américains.

Avec une scierie et une usine de pâte sur son territoire, l'imposition de droits pourrait les fragiliser. «Par solidarité pour nos travailleurs, il faut faire des pressions ultimes avec la ministre Freeland et le premier ministre Trudeau pour dénouer l'impasse. Ça va prendre plus que des prières. On risque de passer par une période très difficile, mais il faut garder espoir», a déclaré, réaliste, le magistrat hier soir lors de la séance du conseil municipal.

Sa rencontre la semaine dernière avec des gens du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs lors du congrès de la FQM ne l'a guère encouragé. «Il y a un vent de protectionnisme avec l'élection présidentielle. Il y a beaucoup d'incertitude. On exporte 80% du bois d'oeuvre aux États-Unis, on ne peut pas se permettre de perdre ce marché», a-t-il ajouté.

Eau potable

Les élus de Saint-Félicien sont prêts à retarder de quelques mois le prolongement du réseau d'eau potable dans le secteur de villégiature de Saint-Méthode puisqu'une subvention pourrait disponible pour ce projet de 9,6 millions $.

Bien que la demande sera déposée dans le Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées dont l'enveloppe de 700 millions $ a été déjà attribuée, les élus pensent que des sommes supplémentaires prévus seront ajoutés rapidement.

«Les gens nous en voudraient de ne pas aller voir si la ville pourrait avoir cette aide financière. Nous avons analysé les critères et nous répondons à deux. Nous voulons obtenir une confirmation du ministère que nous pourrions nous qualifier. Si jamais c'est le cas, la subvention serait de quelques millions, voir 50% des coûts du projet. Il faut aller voir. C'est trop important comme aide financière potentielle.»

Gilles Potvin pense qu'au début de 2017, une nouvelle enveloppe pourrait être dégagée selon ce qu'il a décodé de l'ouverture affichée par le premier ministre Philippe Couillard lors de son passage au congrès de la FQM.

Le maire a tenu à être rassurant en indiquant que les propriétaires auraient de l'eau potable en 2017 tel que promis même si elle retarde l'octroi du contrat des travaux à l'entrepreneur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer