Le doré à l'étude

Karine Gagnon supervise cette pêche scientifique qui se... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Karine Gagnon supervise cette pêche scientifique qui se fait tous les 5 ans.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs effectue actuellement une pêche scientifique dans le lac Saint-Jean pour mieux connaître la population de dorés.

Durant plus d'une semaine, une équipe de quatre techniciens ont sillonné 25 points précis sur le Piékuagami pour y tendre des filets afin de capturer des dorés de différentes grosseurs. Les filets étaient disposés à des profondeurs d'environ 15 mètres. Le filet est composé de différentes sections avec des mailles de un pouce à six pouces afin de prélever des dorés de différentes tailles. Ils sont laissés une journée dans l'eau le temps de faire une bonne capture.

«Nous effectuons cette pêche aléatoire tous les cinq ans pendant deux automnes d'affilée afin de pouvoir faire des comparaisons et voir l'état de la population selon les secteurs», explique la biologiste Karine Gagnon.

Lors de notre visite, les techniciens récoltaient les différentes informations sur les 25 poissons pêchés dans la journée. Ils les pesaient, mesuraient, les ouvraient pour déterminer le sexe, prélevaient les otolites (petites oreilles internes) pour déterminer l'âge et récoltaient un morceau de chair pour évaluer la teneur en mercure. L'examen visuel permet aussi de voir si le poisson a des malformations, des maladies apparentes ou des parasites.

«Il est trop tôt pour tirer des conclusions maintenant. Nous allons en savoir davantage plus tard. Cette pêche nous permet entre autres de mesurer le taux de mercure et établir les quantités de doré à consommer par jour selon la zone de pêche dans le lac Saint-Jean. Aussi, le nombre de prises juvéniles et adultes va nous permettre d'établir les quotas de pêche à partir de 2018», indique la biologiste. Rappelons que le nombre de prises pour le doré a été fixé à 10 par jour depuis quelques années pour le lac Saint-Jean.

Ce sont plus de 300 poissons qui ont été analysés durant les sept jours de pêches.

Ces prélèvements permettent aussi d'étudier les petits dorés nés au printemps. Même s'ils ne pèsent que 13 grammes et mesurent 118 millimètres. «Il est important d'en prélever. Ça nous indique la santé de la reproduction et comment va s'établir la population dans le futur», précise Karine Gagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer