De nouvelles accusations contre le voleur à la hache

Jimmy Tremblay-Ouellet doit répondre d'un total de 19... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Jimmy Tremblay-Ouellet doit répondre d'un total de 19 chefs d'accusation, dont deux de vols qualifiés (avec une hache) et autant de port de déguisement (bas de nylon sur la tête).

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jimmy Tremblay-Ouellet a été officiellement accusé du vol qualifié commis avec une hache le samedi 24 septembre à la pharmacie Jean Coutu du secteur nord de Chicoutimi.

Ce n'était qu'une question de jours avant que le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) ne dépose les nouveaux dossiers contre le client de Me Charles Cantin.

Au moment des comparutions de jeudi matin, Me Sébastien Vallée a remis à la défense quatre dossiers criminels supplémentaires et huit chefs d'accusation, portant ainsi à 19 le nombre de chefs retenus contre lui.

En plus du vol qualifié, Tremblay-Ouellet, du boulevard Saguenay à Chicoutimi, est à nouveau accusé d'un port de déguisement (bas de nylon sur la tête) et de six chefs de bris d'engagement et de probation.

En raison du dépôt des nouvelles accusations, le ministère public s'est opposé à la remise en liberté de l'homme de 27 ans.

«J'ai renoncé à tenir l'enquête caution pour le moment. En raison des nouvelles accusations, je vais devoir obtenir des garanties solides pour permettre à mon client de sortir et de suivre une thérapie», a mentionné Me Cantin.

Tremblay-Ouellet avait déjà bénéficié d'une remise en liberté au printemps dernier à la suite d'accusations de conduite avec les facultés affaiblies.

Les plus récents événements se sont produits au cours de la dernière fin de semaine.

Vers 19h le soir du 24 septembre, il aurait commis un vol de médicaments à la pharmacie Jean Coutu du boulevard Sainte-Geneviève, à Chicoutimi-Nord. Armé d'une hache, il aurait demandé aux employés de lui remettre ce qu'il demandait. Tremblay-Ouellet et sa complice sont parvenus à prendre la poudre d'escampette.

Selon les accusations, le duo n'aurait pas été rassasié de sa première récolte. Le couple a remis ça le lendemain. Les deux présumés voleurs se sont d'abord butés à une porte fermée à la même pharmacie Jean Coutu. Ils auraient tenté d'y entrer par effraction en causant des méfaits (plus de 5000$) à une fenêtre du service au volant.

Face à cette situation, Tremblay-Ouellet et la femme qui l'accompagnait se sont dirigé rapidement vers le dépanneur L'Étoile du Nord. L'accusé a eu de la difficulté à arrêter son véhicule en arrivant au dépanneur. La voiture a finalement heurté le mur.

Le commis du dépanneur a essayé de savoir ce qui se passait, mais n'a pas eu de réponse sur le moment. Il l'a eu quelques instants plus tard, lorsque l'accusé serait entré dans le dépanneur avec sa hache et un bas de nylon sur la tête pour demander le contenu du tiroir-caisse.

Le malfaiteur est sorti rapidement et a pris la direction du pont Dubuc. Les policiers de Saguenay avaient été rapidement avisés de la situation et ont croisé le véhicule des voleurs. Les agents se sont mis à leur poursuite jusqu'au moment où le duo a abandonné le véhicule aux pieds de la côte dans le secteur de Saint-Jean-Eudes.

L'homme et la femme ont voulu échapper aux agents en se dirigeant dans un boisé. Ils ont été pris assez rapidement.

Si Jimmy Tremblay-Ouellet fait face à 19 chefs d'accusation, il faut savoir qu'aucune accusation n'a été déposée à l'endroit de sa présumée complice pour le moment, mais ça ne saurait tarder.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer