• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > L'Association de l'aluminium du Canada dénonce la surproduction chinoise devant une commission... 

L'Association de l'aluminium du Canada dénonce la surproduction chinoise devant une commission américaine

L'Association de l'aluminium du Canada dénonce la surcapacité... (Photo archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

L'Association de l'aluminium du Canada dénonce la surcapacité chinoise qui a pour effet de maintenir les prix du métal gris artificiellement bas.

Photo archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

L'Association de l'aluminium du Canada dénonce la surcapacité chinoise qui a pour effet de maintenir les prix du métal gris artificiellement bas.

Invitée en audition par la United States International Trade Commission - un fait plutôt rare - , l'AAC a mentionné que ces prix à la baisse ont pour effet de creuser le déficit de production nord-américain tout en causant une importante augmentation des émissions globales de gaz à effet de serre sur la planète, en raison de l'utilisaton, par les Chinois, d'électricité produite à partir de centrales au charbon.

Les audiences auxquelles l'association canadienne a été invitée ont été commandées par le Comité des voies et moyens de la Chambre des représentants. Elles visent à identifier les conditions concurrentielles mondiales de l'industrie, alors que le nombre d'usines productrices d'aluminium est passé de 14 à quatre en l'espace de deux ans seulement aux États-Unis.

« La poussée vers l'exportation d'aluminium en provenance de la Chine, alors que son marché domestique est en baisse, et qu'elle continue par ailleurs d'accroître sa production, entraîne des perturbations et des conséquences considérables et sans précédent, pour lesquelles des actions immédiates sont requises. Il est nécessaire de trouver une solution durable visant la source du problème », a dénoncé le président et chef de la direction de l'AAC, Jean Simard, devant la commission à Washington.

Selon lui, la capacité chinoise s'est développée dans un contexte de marché dirigé, afin de répondre à des besoins internes d'urbanisation accélérée.

Le retour à l'équilibre est d'autant plus important que l'Empire du milieu s'est engagé à réduire ses émissions à COP21 et qu'elle a maintes fois répété qu'elle mettrait en place un marché national du carbone en 2017. Or, chaque tonne d'aluminium produite en Chine par des usines principalement alimentées au charbon émet 17 tonnes de CO2, soit plus de huit fois celles de l'aluminium produit au Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer